Le patron de Belfius a touché plus de 910.000 euros en 2017

Le patron de Belfius a touché plus de 910.000 euros en 2017

Au titre de l’exercice 2017 – un excellent cru pour la banque Belfius –, Marc Raisière, président du comité de direction a perçu un total de 910.026 euros brut, selon le rapport annuel de l’institution publique. Soit une baisse sur un an de 1%.

Sa rémunération fixe est toujours fixée à 575.000 euros, complétée par une assurance de groupe (environ 100.000 euros), d’autres couvertures ainsi que d’une rémunération variable, de près de 200.000 euros.

Moins que le CEO de BNP Paribas et KBC

Soit un salaire sensiblement moins élevé que celui perçu par la première banque du pays, BNP Paribas Fortis, Max Jadot (1,76 million d’euros l’année passée) ou encore Johan Thijs, patron de KBC (1,82 million d’euros).

Pour rappel, Belfius est toujours à 100 % dans les mains de l’Etat. Une introduction en Bourse partielle, à hauteur d’environ 30 % de sa valeur, était prévue pour juin prochain. Mais le cas Arco (ancien bras financier du MOC, mouvement ouvrier chrétien et de son pendant néerlandophone) fait toujours tampon dans la majorité : sans solution pour indemniser les coopérateurs lésés dans le sillage des déboires de Dexia, le CD&V ne veut pas de Belfius sur les marchés.

La solution « Arco » avancée serait le versement d’un dividende exceptionnel par la banque qui servirait à rembourser en partie les coopérateurs. Une solution conditionnée à un « oui » de la commission européenne. Qui n’a pas encore rendu son verdict.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Rapport annuel
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Image=d-20040223-WHFHTU_high-1

    Et si vous pensiez à démolir avant d’acheter une maison?

  2. La Foire du livre est toujours une occasion de rencontres et de découvertes.

    Gunzig, Leroy et Bofane font leur «Retour en Flandre»

  3. Wietse Van Ransbeek, cofondateur de CitizenLab, est considéré comme un des entrepreneurs européens les plus prometteurs. © Pierre-Yves Thienpont | Le Soir

    CitizenLab, une start-up au service des «nouvelles démocraties»

Chroniques
  • Les conquérants du nouveau monde

    On nous répète sans cesse que nous sommes passés dans le « nouveau monde ». Adieu, l’ancien. Tout va changer. Cette semaine, un incident illustre la différence entre les deux mondes. Dans l’ancien monde, lorsque vous confiiez vos économies à une banque, elle vous payait des intérêts. Maintenant, c’est vous qui payez pour récupérer votre argent.

    Dans l’ancien monde, votre femme préparait la viande de mammouth que vous aviez ramenée à la caverne. Dans le nouveau, vous partagez avec votre copine les graines que vous avez récoltées dans votre jardin.

    Barack Obama, voilà, paraît-il, un personnage de l’ancien monde. Le nouveau, c’est Donald Trump. Vous saisissez comment le nouveau monde a permis à l’humanité de faire un grand pas vers la civilisation et de s’éloigner de la barbarie ?

    Jadis, nos parents avaient aussi cherché à distinguer leur ancien monde du nouveau. L’ancien, c’était Fred Astaire, le nouveau, Gene Kelly. L’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite