Accueil Société Régions Liège

Liège: la Dentisterie de Bavière sera démolie

Plus de 2.000 signatures ont été récoltées pour sauvegarder la bâtisse. Le ministre René Collin a suivi l’avis de l’Agence wallonne du patrimoine.

Temps de lecture: 3 min

Vendredi dernier, le ministre du Patrimoine, René Collin (CDH), a annoncé via un communiqué que la Dentisterie du site de Bavière ne serait officiellement pas reprise sur la liste de sauvegarde patrimoniale de la Région wallonne. Un nouveau coup dur pour toutes les personnes qui s’opposent encore à l’heure actuelle à la destruction de ce bâtiment.

Une grève de la faim

Rappelez-vous. En janvier dernier, le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer (PS), a officiellement pris la décision de le démolir suite à un rapport de police qui faisait état d’importants problèmes de salubrité et de sécurité. Une prise de position qui a vivement et rapidement été contestée par plusieurs dizaines de Liégeois.

Plusieurs manifestations ont d’ailleurs eu lieu en Cité ardente pour protester contre le choix des autorités communales. Quelques jours après l’annonce du bourgmestre, un artiste de la région, Alain De Clerck, a même décidé d’entamer une grève de la faim pour sauver cette architecture moderniste. Une centaine de personnes se sont d’ailleurs rassemblées devant la bâtisse de Bavière pour apporter leur soutien à l’individu. Ce dernier s’était installé dans sa camionnette qu’il avait stationnée sur le quai de la Dérivation, face à l’ancienne dentisterie. Le Liégeois est resté neuf jours sans manger et en a profité pour mobiliser les passants et les rallier à sa cause. Il a d’ailleurs rédigé une pétition, pour sauvegarder le bâtiment datant de la fin des années 30, qui a récolté plus de 2.000 signatures.

Pour obtenir un délai

Une fois en possession de ce papier synonyme de mobilisation de la part d’une partie de la population, Alain De Clerck s’est rendu avec plusieurs personnes le 13 février dernier à Namur pour le remettre à René Collin. Avec cette démarche, l’artiste liégeois espérait pouvoir obtenir l’inscription de la Dentisterie du site de Bavière sur la liste de sauvegarde du patrimoine de la Région wallonne durant 12 mois. Un sursis d’un an qui aurait pu permettre d’envisager un projet de réaffectation de la bâtisse.

Mais après avoir consulté l’analyse réalisée par l’Agence wallonne du patrimoine (AWaP), le ministre a finalement pris la décision de ne pas la reprendre sur la liste de sauvegarde. « L’ancien institut de stomatologie de l’université de Liège inaugurée en 1946 se destinait à la formation des futurs médecins et dentistes tout en assurant un service médical pour la population. Abandonné en 2001, ce bâtiment, essentiellement en brique et en verre, comportait initialement quatre niveaux. Il souffre aujourd’hui d’un important déficit d’intégrité », indique le cabinet du ministre Collin. « En effet, ses structures intérieures sont largement victimes des affres du temps. En outre, l’exhaussement de deux niveaux cause une importante dénaturation du bâtiment le privant du rythme du jeu de volumes qui en faisait sa qualité principale. Ces constats affaiblissent l’intérêt architectural de la Dentisterie. »

L’étude du bâtiment a également souligné que le bâtiment liégeois « ne répondait pas aux critères et intérêts qui président à un classement ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo