Accueil Monde

Les armes chimiques, un instrument de terreur et de dissuasion

Le régime syrien est une nouvelle fois accusé d'avoir utilisé des armes chimiques, cette fois-ci à Douma, dans la Ghouta. Retour sur l'usage à travers l'histoire de ces armes, plus souvent utilisées à des fins de terreur que de victoire militaire, voire comme une «arme nucléaire du pauvre».

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Le régime syrien est soupçonné par les pays occidentaux d'avoir utilisé l'arme chimique dans la ville de Douma, dernière zone contrôlée par les rebelles islamistes de Jaïch al-Islam dans la Ghouta. Donald Trump a dans un premier temps déclaré qu'il pourrait prendre une «décision majeure» et qu'il y aurait un «prix élevé à payer», avant d’annoncer que les Etats-Unis pourraient à nouveau frapper la Syrie. Il y a presqu'un an, le président américain avait déjà procédé à des frappes de missiles de croisière sur une base aérienne syrienne après une précédente attaque chimique, imputée là encore au gouvernement de Damas.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Henry Jacques, mercredi 11 avril 2018, 23:31

    Les USA connaissent bien ces armes, eux qui les ont utilisées au Vietnam sous forme d'agent orange de Monsanto ou de Napalm et autres lance-flammes. Ils sont aussi les seuls a avoir utilisé l'arme nucléaire après avoir pratiqué la terreur aux bombes incendiaires en Allemagne et au Japon. Heureusement, en Irak et en Afghanistan ils n'ont utilisé que des technologies propres et chirurgicales. La France a également utilisés les gaz en 14 et contre les révoltés du Riff marocain, en soutien aux armées espagnoles de Franco. Il n'y a pas de guerre propre, il n'y a que des hypocrites prêts a sacrifier des vies humaines pour satisfaire l'appétit féroce des grands financiers.

Aussi en Monde

Congo Hold-up: la folie dépensière du Sommet de la Francophonie à Kinshasa

Luxueux « cadeaux », contrats passés sans appels d’offres, montants exubérants… : le détail des comptes de l’organisation du Sommet de la Francophonie tenu en 2012 à Kinshasa est accablant pour l’État congolais. 90 millions de dollars ont été dépensés pour deux jours de Sommet. La Belgique y avait versé son obole.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs