Le porte-parole du PTB: «Le gouvernement est pour un passage immédiat du boulot au tombeau»

© Photo News
© Photo News

Le PTB sort de sa boîte. Après s’être fait plus discret ces derniers temps, le parti est à nouveau monté au créneau concernant, notamment, la réforme des pensions. « Cette réforme suscite une grande inquiétude, commence Germain Mugemangango, porte-parole du PTB. Il suffit de comparer les métiers pénibles avant et après la réforme. Avant, le système était très simple. Maintenant, on part plus tard, on travaille plus dur, plus longtemps, pour une pension moindre, c’est inacceptab le. »

Il regrette que « l’on pousse les gens à travailler 30 ou 40 ans, même en cas de métier pénible », et accable le gouvernement, qu’il estime être « pour un passage immédiat du boulot au tombeau ».

« Notre travail actuel est nécessaire, mais moins visible »

Germain Mugemangango revient sur la discrétion du parti dans les médias. « On fait ce qu’on a promis. Nous voulons être un phénomène durable. Pour ce faire, nous avons besoin d’un ancrage local. C’est un travail nécessaire, mais moins visible. »

Il justifie, enfin, la démarche du PTB en vue des communales. « Nous sommes allés au contact des citoyens pour connaître leurs priorités. Nous voulons un mandat clair de leur part. Nous avons donc fait une enquête, que nous utilisons pour construire notre programme », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite