Le porte-parole du PTB: «Le gouvernement est pour un passage immédiat du boulot au tombeau»

© Photo News
© Photo News

Le PTB sort de sa boîte. Après s’être fait plus discret ces derniers temps, le parti est à nouveau monté au créneau concernant, notamment, la réforme des pensions. « Cette réforme suscite une grande inquiétude, commence Germain Mugemangango, porte-parole du PTB. Il suffit de comparer les métiers pénibles avant et après la réforme. Avant, le système était très simple. Maintenant, on part plus tard, on travaille plus dur, plus longtemps, pour une pension moindre, c’est inacceptab le. »

Il regrette que « l’on pousse les gens à travailler 30 ou 40 ans, même en cas de métier pénible », et accable le gouvernement, qu’il estime être « pour un passage immédiat du boulot au tombeau ».

« Notre travail actuel est nécessaire, mais moins visible »

Germain Mugemangango revient sur la discrétion du parti dans les médias. « On fait ce qu’on a promis. Nous voulons être un phénomène durable. Pour ce faire, nous avons besoin d’un ancrage local. C’est un travail nécessaire, mais moins visible. »

Il justifie, enfin, la démarche du PTB en vue des communales. « Nous sommes allés au contact des citoyens pour connaître leurs priorités. Nous voulons un mandat clair de leur part. Nous avons donc fait une enquête, que nous utilisons pour construire notre programme », conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite