Accueil Opinions Éditos

Trump, meilleur ennemi de Poutine

L’éditorial de Jurek Kuczkiewicz.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Monde Temps de lecture: 3 min

Cette extravagance est devenue une banalité, qui n’en est que plus extravagante : la planète entière en est à se demander chaque jour combien elle sera secouée par les tweets matinaux de l’homme le plus puissant du monde, voire si l’un de ces tweets en robe de chambre ne déclenchera pas la Troisième guerre mondiale. La succession de messages contradictoires de Donald Trump, commençant par annoncer à la Syrie une prochaine attaque de missiles, menaçant directement ses parrains russes dont le président Poutine, avant de regretter la dégradation des relations américano-russes à un niveau « pire que la Guerre froide », nous ramène à ce constat qu’on exprimait dans ces pages le 10 novembre 2016 : « Cet homme inculte, fantasque et infantile aura son doigt sur le bouton du plus important arsenal nucléaire au monde. C’est proprement terrifiant. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, jeudi 12 avril 2018, 10:03

    Monsieur Kuczkievicz : Trump a le comportement qu'il a dit qu'il aurait : il veut être parfaitement imprévisible. C'est tout le contraire d'Obama qui était parfaitement prévisible puisqu'il avait fait la promesse au début de son premier mandat de ne plus déclencher aucune guerre ce qui laissait - de facto - le champ libre à d'autres. L'absence complète de toute intervention US dès le début du conflit intra-syrien est une des raisons majeures de la situation actuelle. L'URSS, pardon la Russie, a pris la place laissée libre un bout de temps et maintenant c'est trop tard. Nous en sommes à combien ? 500.000 morts ? Sans compter la crise migratoire qui fragilise l'Europe et réveille nos plus horribles démons !

  • Posté par Bachelart Bernard, jeudi 12 avril 2018, 10:02

    Il est consternant de constater qu'un journal à la longue tradition de qualité comme le Soir publie un texte à ce point truffé d'omissions qu'il en arrive à faire voir le contraire de la vérité à ceux qui n'auraient pas eu l'occasion d'avoir les informations complètes. Ce sont bel et bien les amis des Occidentaux qui ont orchestré les violences en Syrie. Voici une audition capitale à ce sujet au sénat français https://www.youtube.com/watch?v=5siyELxCMNU&t=279s Personne au Soir n'est-il au courant de la conversation captée entre deux hauts responsables américains préparant le futur gouvernement ukrainien, au cours de la quelle Victoria Nuland dit "F... UE"? Le Soir n'est-il pas au courant des études et des témoignages crédibles qui mettent fortement en doute la responsabilité du gouvernement syrien dans les attaques chimiques? https://www.youtube.com/watch?v=Keu2Ck9SqYg

  • Posté par Christian Radoux, jeudi 12 avril 2018, 16:07

    En effet.! Victoria Nuland a aussi soutenu de façon évidente Arseniy Yatseniuk. Mais, selon les propagandistes pro-américains, cela n'était bien sûr pas une ingérence et seule l'agence Sputnik aurait le monopole de la désinformation.

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs