Cristiano Ronaldo: «Je ne comprends pas pourquoi la Juve a rouspété sur le penalty…»

©AFP
©AFP

En convertissant le penalty dont on n’a pas fini de parler, dans tout ce que le monde a d’Italie, le Portugais a en effet renvoyé la Juve à ses regrets, pendant que lui, bandait tous les muscles de son corps après avoir inscrit, déjà, son 15e but personnel, en C1, au bout d’un suspense quasi intenable (95e minute !). Son record absolu de 2014 (17 buts) ne tient plus qu’à deux, voire trois matches…

Mais tout Ronaldo qu’il est, CR7 reconnaissait bien avoir terriblement souffert face à l’incroyable « grinta », tout italienne. «  C’est un match où nous avons énormément souffert, cela doit nous servir de leçon pour apprendre que, dans le football, rien n’est jamais gratuit et qu’il faut se battre jusqu’au bout », a-t-il commenté. «  Ce mercredi soir, le Real aurait pu marquer quelques buts de plus mais Buffon et les autres ont très bien joué. Je pense que nous nous sommes qualifiés logiquement, nous avons eu beaucoup d’occasions. Je ne comprends pas pourquoi les Turinois ont protesté sur le penalty. Si le défenseur n’avait pas commis de faute, Lucas aurait marqué. Benatia le charge par derrière. Pendant le match, Benatia et les autres ont donné beaucoup de coups par derrière, c’est leur manière de jouer. Le Real Madrid est en demi-finale et nous sommes très contents. Mon penalty ? Les pulsations sont un peu montées mais j’ai essayé de me tranquilliser parce que je savais que ce serait décisif. Grâce à Dieu j’ai marqué et nous sommes qualifiés. OK, ce fut laborieux, mais c’est le football, tout peut arriver. Nous n’étions pas bien, il faut l’admettre et s’en servir comme apprentissage pour l’avenir… »

Zidane : « On y a cru jusqu’au bout »

Sur le banc du Real, il a peut-être sué comme jamais sur un terrain. Tellement son équipe semblait devoir échouer, à domicile, dans un remake étrange de l’échec du rival éternel, Barcelone à Rome, la veille. Mais il a évidemment exulté, comme tout Bernabeu, au moment de l’exécution finale de son « goleador ».

Zidane en perdait sa timidité légendaire. « On voulait marquer dès le début, on a tout tenté. Ici, en Ligue des Champions, on est dans le top du top. C’est un truc de fou ce qui vient de nous arriver. On s’aperçoit que quand on y croit toujours, ça paye à la fin ! »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite