Accueil Monde Europe

La guerre de Syrie, un laboratoire des conflits du XXIe siècle

La dynamique de la guerre entre les puissances s’emballe au Moyen-Orient. Elle se structure autour de deux systèmes d’alliances qui présente une certaine analogie avec celles de l’Europe de 1914 : d’un côté, l’axe entre Israël, l’Egypte et l’Arabie Saoudite appuyé par les Etats-Unis ; de l’autre l’axe entre la Syrie de Bachar, l’Iran et la Turquie, adossé à la Russie.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

La guerre de Syrie, avec ses 500.000 morts et ses 12 millions de réfugiés sur une population de 22 millions, est emblématique des conflits sans fin du XXIe siècle. La défaite militaire de l’Etat islamique au Levant, qui acte la fin du projet de califat, n’a mis fin ni à la mondialisation du djihad, ni aux opérations militaires. Tout au contraire, elle s’accompagne d’une ascension aux extrêmes de la violence qui va de pair avec un changement de nature et de dimension de la crise : la guerre civile se clarifie avec la partition de la Syrie en trois zones ; mais le conflit s’internationalise, la guerre de religion étant de plus en plus surplombée par l’affrontement des puissances régionales et mondiales.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Rasir Yves, mardi 17 avril 2018, 13:58

    Un texte de propagande atlantiste signé par un pseudo expert du Bilderberg Group. On ne félicite pas les journaux qui publient ce genre de prose...

  • Posté par Dopchie Henri, lundi 16 avril 2018, 11:50

    Est-il vraiment impossible que l'attaque chimique soit le fait d'un petit nombre d'individus, qui auraient pu s'approprier des armes destinées à être détruites?

  • Posté par Pierre Vincke, lundi 16 avril 2018, 14:22

    Comme toutes les autres ?

Aussi en Europe

Grèce: sur la question migratoire, le pays est sous pression européenne

La Grèce, pays de première entrée dans l’UE, a-t-elle mis les valeurs européennes de côté ? C’est la question qui est posée aux regards des révélations récentes sur les « pushbacks », les échanges de courrier à l’échelle de Bruxelles, ou encore l’audition du ministre grec des Migrations.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs