Accueil Société Régions Bruxelles

Flagey tâtonne pour résoudre son problème d’alcool

La bourgmestre d’Ixelles espérait rétablir le calme la nuit. Elle a surtout provoqué la colère des commerçants qui craignent la fuite des clients. Les terrasses pourront rester en place jusqu’à 1 heure du matin.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Une alerte au soleil a été annoncée en Belgique pour cette semaine. Les terrasses bruxelloises vont être prises d’assaut. La place Flagey à Ixelles ne devrait pas y échapper. Quoique, depuis le 23 mars, c’est le seul endroit de la capitale où il est interdit de consommer de l’alcool à partir de minuit sur la voie publique.

Lundi après-midi, la bourgmestre Dominique Dufourny (MR), sans doute sous la pression grandissante de certaines enseignes locales, s’est résignée à retarder d’une heure la fermeture des terrasses. Pour ceux qui préfèrent les bancs publics ou les abords des étangs, cela reste minuit.

Et gare à ceux qui n’en font qu’à leur tête. Vendredi dernier, une large opération « coup de poing » des forces de police locales a débouché sur la distribution de plusieurs procès-verbaux. Les positions attentistes et conciliantes de certains commerçants se sont alors durcies.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, mardi 17 avril 2018, 23:23

    Depuis sa"rénovation" coûteuse flagey est devenue un nid d alcooliques

  • Posté par Michel Raurif, mardi 17 avril 2018, 9:32

    Pourquoi ne pas faire comme en Flandre. Dans divers établissements, lorsque le niveau sonore dépasse en certain nombres de décibels, le courant ( 220 v) est automatiquement coupé dans tout l'immeuble. Grâce à installations d'un sonomètre et qui agit sur l’installation. Si la Flandre sait le faire, pourquoi pas Bruxelles ? Quand à Molenbeek, il n'y a plus de café, une très forte partie de la population ne veut pas de café et tous, on s'incline sans discuter. Liberté chérie, où es-tu ? Pauvre commune !

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs