Vent nordique chez PBA

Assiette décorative des années 70, signée et estampillée Birger Kaipiainen. © D.R.
Assiette décorative des années 70, signée et estampillée Birger Kaipiainen. © D.R.

La vente du 23 avril prochain au Cercle de Lorraine comportera une belle sélection d’objets rares et historiques. Parmi ceux-ci figurent des luminaires originaux et élégants du créateur finlandais Paavo Tynell (comme cette rare lampe de table Simpukka modèle 5.321, en laiton et osier des années 1950, lot 22, estimation 7-9.000 euros) ou les meubles danois d’Ole Wanscher ou de Borge Mogensen (comme cette commode à huit tiroirs modèle « BM 64 », lot 120) d’une qualité d’exécution remarquable grâce au concours des « Cabinetmakers ».

Kjaerholm, Bensow, Juhl

Les créations modernes de Poul Kjærholm (comme cette rare et grande table basse modèle « PK 64 » en acier, acajou et cuir noir patiné, vers 1968, estimation 20-30.000 euros, lot 154) et du duo danois Preben Fabricius & Kastholm seront mises en exergue. On ne manquera pas ce rare tabouret curule (modèle 4391, 1964) moderne et élégant combinant l’acier inoxydable, le lin et le cuir noir patiné, réalisé par le Master Cabinetmaker Ivan Schlechter (comme l’indique l’estampille suivie de la mention « Stainless Steel Danmark », lot 147, estimation 10-15.000 euros) ni cette paire de « Sculpture chairs » en acier inoxydable et cuir noir patiné (modèle « BO-591 », 1964, Édition Bo-Ex, lot 146, estimation 8-10.000 euros).

Table « volante » du Suédois Folke Bensow réalisée pour l’exposition suédoise « Slöjdförening » à Helsinki en 1924. © D.R.
Table « volante » du Suédois Folke Bensow réalisée pour l’exposition suédoise « Slöjdförening » à Helsinki en 1924. © D.R.

Quelques créations uniques seront présentes dans cette vacation, comme cette table « volante » du Suédois Folke Bensow (1886-1976) réalisée pour l’exposition suédoise « Slöjdförening » à Helsinki en 1924. Cette pièce unique à système en bois noirci et ivoire a été réalisée par le fabricant Boman, comme mentionné sur l’inscription du tiroir secret. Ce meuble au design particulier est la pièce la plus chère de la vente, avec une estimation de 30-40.000 euros (lot 88).

Autre meuble unique, cette table en palissandre et formica du créateur danois Finn Juhl (1912-1989). A la fois précieuse et moderne, elle a été réalisée par le Master Cabinetmaker Niels Vodder pour la prestigieuse « Villa Kokfeldt » en 1953 (lot 76, estimation 25-35.000 euros).

Aalto

Des pièces d’Alvar Aalto, on ne mentionnera que le lot qui ouvre la vacation : une rare paire de fauteuils « Kieltolaki » en bouleau teinté et skaï patiné de couleur rouge des années 1930 (estimation 4-6.000 euros, lot 1).

Alvar Aalto, paire de fauteuils en bouleau teinté et Skaï patiné de couleur rouge des années 1930. © D.R.
Alvar Aalto, paire de fauteuils en bouleau teinté et Skaï patiné de couleur rouge des années 1930. © D.R.

Ces pièces racontent à leur façon un pan intéressant de l’histoire finlandaise puisqu’elles ont été conçues à l’époque de la prohibition. Cette période vit fleurir de nombreux bars clandestins qu’il fallait bien meubler… Ces préoccupations n’échappent pas au grand créateur finlandais qui dessine à cette époque (vers 1930) le siège du journal Turun Sanomat  à Turku. Chargé de l’ameublement, il conçoit également celui du restaurant, dont ces fauteuils sont issus.

Conçus dans un premier temps à quatre pieds, ces sièges furent ensuite modifiés en étendant la base de l’assise jusqu’au sol. D’un seul tenant de bois courbé, cette pièce enveloppe ainsi toute l’assise et assure plusieurs vocations : tout d’abord un confort certain, mais également une place toute trouvée pour cacher les bouteilles d’alcool ! Ces pièces rares créées pour ce lieu unique sont un condensé des préoccupations qu’Aalto nourrit durant toute sa vie, reflétant une branche importante de l’histoire de la Finlande.

On notera aussi des verreries d’Aino Aalto (lot 4), de très beaux tapis tissés à la main (lot 226), le fauteuil « Ox » d’Arne Jacobsen (lot 160) et les réalisations de Frits Henningsen. Sans oublier un coup de cœur singulier pour une assiette décorative des années 70, signée et estampillée Birger Kaipiainen, combinant grès émaillé et perles, et réalisée par la Manufacture Arabia (lot 37, 6-8.000 euros).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Flocons d'amour
», un des films du genre produit par Netflix.

    Netflix a lancé l’opération «Fêtes»

  2. d-20170315-3DKLLK 2019-12-05 20:14:59

    Nethys: la tutelle juge les indemnités illégales mais ne peut pas tout annuler

  3. RTR1SY1T

    «J’ai pris la fuite lors de la nuit de noces mais ma mère m’a ramenée à mon mari»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite