Brasserie: le Mozart de la bière met Flobecq en lumière

© D.R.
© D.R.

L’ingénieur-brasseur flobecquois John-Christian Kavakure a eu l’honneur de voir sa bière, la Flo58, récompensée. L’homme n’en est pas à son coup d’essai, il a une longue expérience dans le milieu brassicole.

«
BBB
» s’est découvert une passion pour la bière depuis bien longtemps.
« BBB » s’est découvert une passion pour la bière depuis bien longtemps. - SP.

John-Christian Kavakure s’est découvert une passion pour la bière depuis bien longtemps. « Ma grand-mère me préparait une bière à base de sorgho. C’est une boisson traditionnelle africaine. Le sorgho est une céréale riche en protéines et amidon qui présente l’avantage d’être sans gluten. Cette céréale à la teinte violette est aussi peu coûteuse à produire car elle pousse en milieu semi-aride et n’a donc pas besoin d’être beaucoup irriguée », explique-t-il.

Au Burundi où John-Christian Kavakure a grandi, le secteur brassicole est vecteur d’emploi pour de nombreux habitants. Le groupe Heineken s’y était implanté et engageait beaucoup. « Les jésuites m’ont conseillé de partir en Belgique effectuer des études brassicoles puisque je savais déjà que je voulais travailler dans ce domaine. Au milieu des années 90, j’ai été formé à l’Institut Meurice de Bruxelles au métier d’ingénieur-brasseur où j’ai été diplômé en 2001 », témoigne-t-il.

Stimuler les cinq sens

C’est en Belgique qu’il a véritablement appris la culture de la bière. « La Belgique est le berceau des bonnes bières. Celles qui ne se boivent pas mais se dégustent. Et chaque bière a sa propre histoire ainsi qu’une composition unique. Par exemple, la bière d’Orval a été brassée afin de générer un revenu pour aider à la reconstruction du monastère éponyme en 1931. C’est toujours un plaisir de découvrir des nouvelles brasseries et en apprendre davantage. Ce breuvage est spirituel pour moi car il stimule les cinq sens », affirme-t-il.

Pour cet épicurien, la bière se déguste donc avec tous les sens. « Il y a d’abord le toucher. Ce verre correspond-il au type de bière que je vais boire ? On boit différemment selon le verre. Puis vient la vue : un verre à bière c’est tout un univers. La bière doit séduire. L’apparence y joue pour beaucoup : est-elle blonde, ambrée ou foncée ? Est-elle limpide ou trouble ? Comment est constituée la mousse ? L’ouïe est aussi sollicitée. À l’ouverture d’une bouteille, nous devons entendre le “pschit”, c’est un signe que la bière prend vie. L’odeur constitue une merveilleuse source d’information, on ressent les arômes par le nez en humant la bière et d’autres arômes nous viennent après avoir bu quelques gorgées en remontant vers les fosses nasales. Mais le plus important reste le goût, le sens qui révèle toute la complexité de la bière. La langue est constituée de 500.000 récepteurs gustatifs dont 10.000 qui détectent le goût spécifique de cette boisson. La bière est-elle mature ou non ? Le goût est-il affirmé ou raffiné ? Je pense qu’on peut élever la préparation de la bière au rang d’art », s’extasie l’ingénieur brassicole.

Cet originaire du Burundi a notamment apporté à la Belgique la technique pour brasser la bière à base de sorgho.

Avec l’une de ses anciennes brasseries, ils ont inventé la Texcuus, une ambrée qui tire à 6,5 %, et la Free Moon, une blonde sans sucre à 4,9 %. Sa consécration est sa nouvelle bière, la Flo58. « J’ai commencé ma carrière en réalisant des études dans les brasseries comme le contrôle de la qualité et le suivi des fermentations. Il faut aussi qu’il y ait des analyses microbiologiques », explique John-Christian Kavakure.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite