Boussu-lez-Walcourt: nouvelle gestion à l’Eau d’Heure

Jean-Jacques Cloquet. © Christophe Marion.
Jean-Jacques Cloquet. © Christophe Marion.

Les choses n’ont pas traîné : trois jours après le retour des congés de Pâques, un nouveau conseil d’administration a pris ses fonctions à l’ASBL des Lacs de l’Eau d’Heure. Il est présidé par un indépendant, un candidat proposé par le MR, le CEO de l’aéroport de Charleroi Jean-Jacques Cloquet, aux côtés de sept autres membres désignés par le gouvernement wallon, dont un siégera aussi sans étiquette. La politisation a largement pénalisé l’ASBL des Lacs.

La mission des nouveaux mandataires est très claire : améliorer une gouvernance défaillante épinglée dans le rapport des inspecteurs des finances de la Région wallonne. Veiller à la mise en œuvre des recommandations émises pour renforcer les contrôles et la transparence interne. Cela passe par le recrutement d’un auditeur externe et l’installation d’un comité d’audit permanent.

La veille, l’ancien CA avait désigné un manager intérimaire de crise après appel d’offres : il s’agit de François Devenijn. Ce Montois fut auparavant directeur administratif et financier des Bières de Chimay et de Chimay Fromages, administrateur délégué du réseau Senior du Groupe Jolimont puis directeur général des hôpitaux de Tubize et de Nivelles.

De nouveaux statuts ont été adoptés. Ils limitent le nombre de réunions de l’ASBL donnant droit au paiement du jeton de présence. Son montant est en outre plafonné à 150 euros par séance et par jour.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite