Accueil Culture Livres

Les nouvelles vies de Jacques Martin

Alix, Jhen et Lefranc ne sont pas morts avec leur créateur : pour le meilleur et pour le pire

Article réservé aux abonnés
Chef du service Culture Temps de lecture: 3 min

Jacques Martin a rejoint ses maîtres Hergé et Jacobs au paradis des classiques de la bande dessinée franco-belge il y a cinq ans. De son vivant, il avait décidé en pleine lucidité que le souffle épique de ses héros lui survivrait. Jacques Martin avait arrêté de dessiner lui-même les aventures de son reporter, Guy Lefranc, dès 1965. Frappé de dégénérescence maculaire dans les années 1990, il avait mis en place différentes équipes pour prendre la suite d’Alix, son héros fétiche de l’Antiquité gallo-romaine.

Parallèlement, l’auteur avait également formé de jeunes prodiges du réalisme historique pour lancer de nouvelles séries : Orion, Khéos, Loïs ou Jhen.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs