Turquie: Erdogan demande aux USA d’extrader Gulen en échange d’un pasteur américain emprisonné

©AFP
©AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a demandé samedi aux Etats-Unis d’extrader le prédicateur islamique Fethullah Gulen, qu’Ankara tient responsable du coup d’Etat manqué de 2016. En échange, un pasteur américain chrétien que Washington souhaite voir revenir aux Etats-Unis, sera libéré des geôles turques.

«  Si vous souhaitez obtenir Andrew Brunson de notre part, regardez aux étapes qui ont été franchies », a déclaré M. Erdogan dans une allocution télévisée sur le réseau privé NTV. Il a précisé qu’il souhaitait la réciprocité de la part des USA au sujet de leur demande de libération du pasteur. Celui-ci a été arrêté en Turquie en 2016 et est jugé pour ses liens suspectés avec des groupes terroristes. Il risque une peine de prison de 35 ans.

Jeudi, le président américain Donald Trump a suggéré que le pasteur était «  persécuté » et devait être autorisé à retourner chez lui, peu après une décision de justice le maintenant en prison durant la procédure judiciaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour Patrick Charlier, co-directeur d’Unia, il ne s’agit pas «
d’une libération de la parole – cela fait longtemps que la parole raciste s’est libérée – mais d’une légitimation. Des individus qui adoptent des comportements haineux, racistes, se prévalent du score du Vlaams Belang, pour valider leurs actes
».

    Les signalements de haine en ligne ont doublé en période électorale

  2. Le CEO d’AET, Yves de la Rivière, montre son domaine au jeune député Hannes Anaf (SP.A) lors d’un stage d’été organisé par le Voka.

    Flandre: une journée pour réconcilier patrons et députés

  3. B9720641503Z.1_20190821205209_000+GCEE9J02S.1-0

    Assistances dans les stades belges: pas d’effet Kompany à Anderlecht, en chute libre

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite