Chaumont-Gistoux: «L’atout nº1 de notre commune, c’est son environnement»

Dans cet article
De six élus en 2012, le groupe Villages souhaite, au soir du dimanche 14 octobre, titiller la majorité absolue pour renverser la majorité ARC (MR et PS) et Ecolo.
De six élus en 2012, le groupe Villages souhaite, au soir du dimanche 14 octobre, titiller la majorité absolue pour renverser la majorité ARC (MR et PS) et Ecolo. - J.-P. D.V.

La politique est-elle à un tournant à Chaumont-Gistoux ? Le groupe « Villages » en est persuadé et attend le soir du 14 octobre pour renverser la majorité détenue depuis douze ans par le groupe ARC (MR et PS) et Écolo. Pour ce faire, c’est une liste de rassemblement qui est concoctée avec des libéraux, des humanistes, des membres de Défi et des citoyens. Objectif : réunir les suffrages de 2012 répartis entre Villages (27,96 %), FDF (5,49 %) et Liste citoyenne (4,70 %), ce qui revient à approcher les 40 % pour titiller une majorité absolue.

« On constate une forme d’usure du pouvoir inévitable après douze ans de mandat, soutient Philippe Barras (327 voix en 2012), la tête de liste qui, débarrassée de son étiquette de promoteur de l’UCL dans le cadre du projet avorté de Chaumont-Le-Neuf, peut défendre de manière plus cohérente la préservation des villages de l’entité. Nous avons rencontré un nombre important d’habitants et de commerçants impactés par les projets immobiliers. Le sentiment général qu’on en déduit, c’est un manque d’écoute et de respect, ainsi qu’un manque de communication. »

Avec Miss BW 2018

Du coup, « Villages » prône la démocratie participative et a décidé de partir des souhaits de la population pour bâtir avec elle un programme qui couvrira à la fois l’aménagement du territoire et l’urbanisme que la mobilité, mais encore l’éthique et la gouvernance.

« L’atout numéro un de notre commune est son environnement, son cadre de vie exceptionnel que nous voulons préserver, martèle Philippe Barras. Nos comportements doivent être cohérents avec cet objectif. Recyclage et politique tendant vers le zéro déchets, ramassage des déchets par des citoyens, économie circulaire, promotion des produits locaux et autres économies d’énergie…, c’est l’engagement des membres de notre groupe. »

La liste est pratiquement conclue, ne sera dépendante d’aucun parti politique et regroupera des personnes de chaque village de l’entité soucieuses de partager la même vision du futur de Chaumont-Gistoux. On y retrouve les conseillers sortants : Luc Gauthier (325 voix), Guy Miclotte (578), Carole Sandrap (296) et Luc della Faille (280). Pour le reste, impossible de citer tout le monde, mais on notera la présence d’Olivier Bauchau, le neveu de la bourgmestre MR de Grez-Doiceau, et de Barbara Bierlier, 19 ans, Miss BW 2018.

Du côté d’Écolo

Par Jean-Philippe de Vogelaere

Philippe Descamps sera tête de liste

Après douze années de présence comme échevin de l’Urbanisme, Luc Mertens (326 voix en 2012) sera toujours candidat, mais à la dernière place de la liste Ecolo. Une manière d’affirmer son bilan (extension de l’école de Corroy-le-Grand et de la sablière, préservation de la roseraie communale…), mais de passer la main à une équipe « compétente et motivée ». Avec le conseiller communal Philippe Descamps (131 voix) à sa tête.

Philippe Descamps pose devant Luc Mertens pour bien montrer la passion de pouvoir chez Ecolo.

Âgé de 47 ans, cet homme marié et père de deux enfants, est directeur de la section primaire du collège Notre-Dame de Basse-Wavre et marathonien dans l’âme.

« Vivre en plein air est important pour moi, nous confie-t-il. C’est donc logiquement que la préservation du cadre de vie de Chaumont-Gistoux fait partie de nos thèmes de campagne. Nous voulons garder un environnement vert, semi-rural, tout en favorisant l’accessibilité au logement pour tous. »

Au programme, avec la conseillère Pajka Vander Vorst (126 voix), Sese Kabanyegeye, Aurélie Van Eeckhout et le coprésident Renaud Simar (45 voix) comme candidats déclarés, les Verts veulent plus de transparence, notamment en ouvrant le journal communal à l’opposition et en organisant plus de réunions citoyennes, avec une consultation populaire à mi-mandat. Mais encore, l’aménagement de pistes cyclables et l’agrandissement du centre sportif, dans le respect de la rigueur budgétaire.

L’ambition est d’avoir plus de poids dans une future majorité, sans avoir d’exclusive pour l’instant. Selon Luc Mertens, « au cours de cette dernière législature, où j’étais seul Ecolo au collège, face la liste ARC majoritaire, cela n’a pas été facile tous les jours de faire pencher la balance, notamment sur la question de l’éolien, même si je dois reconnaître que le partenaire a été loyal. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous