Tour de Romandie: les favoris poursuivent leur préparation en vue du Giro

Photo News
Photo News

L’Australien Richie Porte (BMC), vainqueur l’an dernier, figure encore au rang des favoris, mais il devra compter avec les assauts de coureurs comme le Slovène Primoz Roglic (LottoNL-Jumbo), vainqueur du Tour du Pays Basque, le Slovène Simon Spilak (Katusha-Alpecin), lauréat en 2010, le Britannique Geraint Thomas (Sky) ou le Danois Jakob Fuglsang (Astana), en l’absence de Christopher Froome qui se prépare pour le Giro et d’autre ténors comme Thibaut Pinot, 2e en 2016.

La première étape en ligne mercredi sera déjà pentue avec 166,6km au menu avec Le Sommet, col de deuxième catégorie (6,19 km à 6,4 % de moyenne et un passage à 9%), à franchir deux fois, à 50km et 20 km de l’arrivée, de quoi donner peut-être des idées aux puncheurs.

La 2e étape jeudi est destinée sur papier aux sprinteurs. L’Italien Elia Viviani (Quick-Step Floors), le Colombien Fernando Gaviria (Quick-Step Floors), de retour en course, ou l’Australien Michael Matthews (Sunweb) pourraient en profiter. Un autre contre-la-montre est au programme vendredi, en côte, avec la montée de Villars sur 9,9 km à du 7,9 pourcent de moyenne.

Samedi, c’est l’étape reine à Sion avec cinq cols à gravir, trois de première catégorie et deux de deuxième catégorie. Le sommets des Collons (13,3 km à 6,4 %) est cependant situé à 30 kilomètres de l’arrivée.

Dimanche, les sprinters se verront offrir une nouvelle chance d’en découdre à l’arrivée de la dernière étape entre Mont-Sur-Rolle et Genève.

Lotto Soudal (avec Sander Armée, Victor Campenaerts, Thomas De Gendt, Jens Keukeleire, Rémy Mertz et Enzo Wouters), Quick-Step Floors et Wanty-Groupe Gobert (Thomas Degand et Xandro Meurisse) sont au départ avec également côté belge, Jan Bakelants (AG2R La Mondiale), Baptiste Planckaert (Katusha-Alpecin) et Louis Vervaeke (Sunweb).

Le Suisse Michael Albasini (Mitchelton), qui compte 7 victoires d’étapes sur l’épreuve, tentera d’égaler ses compatriotes Hugo Koblet et Ferdi Kübler (8 étapes dans les années 50), mais encore loin du record de l’Italien Mario Cipollini (12).

Les étapes

Prologue: Fribourg (4,02 km)

1re étape: Fribourg - Delémont (166,6 km)

2e étape: Delémont - Yverdon-les-Bains (173,9km)

3e étape: Ollon - Villars (9,9km)

4e étape: Sion - Sion (142,9 km)

5e étape: Mont-Sur-Rolle - Genève (181,8 km)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite