Accueil Société

Les arguments de Delphine Boël, qui réclame à la justice un test ADN à Albert II

La procédure en cour d’appel traînant en longueur, celle qui se dit fille naturelle du roi demande de soumettre tant Jacques Boël qu’Albert II à un test ADN. Voici, par la voix de l’un de ses avocats Marc Uyttendaele, qui parle sous son contrôle, la défense et les motivations profondes de Delphine Boël.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 8 min

A l’avant-veille de la reprise de la procédure judiciaire dans le cadre de son action en contestation de paternité à l’encontre de Jacques Boël, puis en recherche de paternité à l’égard d’Albert II, qu’elle désigne comme son père biologique, Delphine Boël souhaite rétablir certaines vérités («  car la vérité se perd un peu à présent  », juge-t-elle). Et réexpliquer les motivations profondes qui la poussent à mener cette quête d’un père.

L’un de ses avocats, Marc Uyttendaele, chargé de la communication dans ce dossier (sur lequel il travaille aux côtés d’Alain De Jonge, avocat de Delphine Boël depuis le début, et d’Yves-Henri Leleu, spécialiste du droit familial), nous reçoit donc pour porter cette parole. S’exprimant sous le contrôle de Delphine Boël, il nous livre un plaidoyer en trois temps.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Dubray Georges, jeudi 30 janvier 2020, 15:09

    Beaucoup trop d étalage sur la voie publique pour quoi les motifs réels l argent, pourtant la mieux pour elle de rester fille de" Monsieur Boel" la l héritage aurait été plus conséquent si tant est que comme de chaque coté ils ne se sont arrangé pour laisser des miettes. Em…. son monde oui cela elle a réussi et renflouer les poches de "Laurette et de Marc " . Le plus a plaindre est son Papa de nom qui a d abord pris une femme avec son bébé pour après tant d année lui faire savoir par la cour qu' il n était pas son Papa a vous découragé.

  • Posté par Raurif Michel, jeudi 16 mai 2019, 16:25

    Elle et son Onkendael sont fait pour aller ensemble ! Monsieur Baeyens, le ténor défend la veuve et l'orphelin, pas le pauvre !!!!

  • Posté par De Partz Yves, mardi 24 avril 2018, 14:59

    Un sujet de manchette ? A l'heure des synergies au sein du groupe Rossel, mieux eu valu refiler le bébé à Sud presse ou au Soir Mag dont les lecteurs auraient été ravis. Et que dire de la photo montage?

  • Posté par Michiels Laurence, mardi 24 avril 2018, 12:57

    Après autant d'années, toutes ces procédures juridiques sont assez risibles. Son avocat prétend maintenant qu'elle ne voyait quasi jamais Jacques Boël dans sa jeunesse, je n'en crois rien. Certaines personnes seraient fières d'être sur la liste PPE, réservée aux personnalités haut placées comme des chefs d'état, des magistrats, des officiers ou des ambassadeurs. Rien n'empêche d'avoir un compte en banque mais c'est juste plus surveillé. Qui paie Onkendael ?

  • Posté par Remi Baeyens, mardi 24 avril 2018, 12:49

    Super article. C'est d'une importance vitale pour la Belgique, une fois ce problème résolu, nous, les belges , se sentiront nettement mieux. Il faillait pour cela un ténor des avocats qui défend le pauvre et l'orphelin. Par ailleurs cela permet d'augmenter les tirages des journaux qui se portent très mal. Bravo le soir.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs