Accueil Société Régions Brabant wallon

Élections: trois mois de campagne «Enragez-vous»

Mobilité et environnement en tête des défis à résoudre.

Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 3 min

L a mobilité au sens large, en ce compris le parking ou les trottoirs, mais aussi l’environnement, le patrimoine inclus, arrivent en tête des préoccupations des habitants dans les communes où nous sommes déjà passés. »

Stéphane Vanden Eeede tire un bilan positif de la campagne « Enragez-vous et puis votons » lancée dans les 27 communes par les vingt partenaires de la coordination de l’Éducation permanente du Brabant wallon. Une campagne qui doit séduire les citoyens, qui finissent par se prendre au jeu de la réflexion afin de souligner ce qui va ou ne va pas dans leur entité, ce qui est traduit en « défis » et « merveilles ». Plus de 8.000 d’entre eux ont été exprimés dans les sept premières communes, ce qui laisse espérer aux organisateurs que l’on puisse atteindre la barre d’un défi ou d’une merveille exprimé par quarante habitants.

Mais avant de séduire les habitants, il aura d’abord fallu convaincre les communes. « Nous avons notre part de responsabilité dans le lancement de cette consultation hors normes qui a été mal perçue au début avec un titre jugé trop agressi f, explicite Thierry Toussaint, le président de la coordination Éducation permanente du Brabant wallon. Nous avons ainsi écrit une lettre aux différents collèges expliquant les objectifs, la méthode, les partenaires et le caractère citoyen et non partisan de la campagne . Nous avons également rencontré les états-majors des quatre formations politiques. En conclusion de quoi nous avons décidé de modérer le ton. »

Un ton adouci

La campagne s’intitule désormais : « Enragez-vous, engagez-vous et puis votons ». Et la couleur rouge du départ a évolué vers le bleu et l’orange pâle : « C’est ce qui a permis un décoinçage. » Les organisateurs ont ainsi pu assister à un micro-trottoir vidéo réalisé par les jeunes des maisons de la jeunesse de Wavre et de Rixensart, à la création d’un livre de dessins et de textes par les écoles de Walhain, à des jeunes qui chantent en rap au conseil communal des jeunes de Court-Saint-Étienne, à des cyclistes qui se rassemblent pour définir les points noirs dans Ottignies-LLN ou encore à l’organisation d’un mini G1000 citoyen à Genval.

« Dans les merveilles, c’est par exemple la culture qui est citée à Nivelles et à Ottignies, poursuit Stéphane Vanden Eede. Et c’est normal vu l’importance qu’on y attache. Par contre, à Chastre, c’est le social qui est mis en avant. Nous ferons évidemment le point après les élections pour voir si les demandes seront suivies. »

Il n’en reste pas moins que deux communes de l’Est du Brabant wallon refusent toujours de voir la campagne démarrer sur leur territoire : « On ne souhaite pas stigmatiser en les nommant, conclut Thierry Toussaint. Notre intention est cependant d’y aller plus en douceur pour ne pas tétaniser les acteurs déjà soumis à la pression, même involontaire, des autorités locales. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Eric Lavenne, mardi 24 avril 2018, 10:37

    En fin de compte; vous serez "jugés" voire "appréciés" quasi uniquement en fonction des résultantes effectives et définitives de vos concertations .Bref ,d'ailleurs ; il est probable que l'ON vous regarde; en êtes vous conscients et ainsi condamnés à réussir ?? De toute(s) manière(s) ON vous souhaite : bonne route(s) et bon chemin(s) en ce compris, "sur " le long terme

Aussi en Brabant wallon

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo