Bavière: exit la dentisterie, place au pôle culturel de la Province

Dans cet article
Voici à quoi ressemblera le nouveau pôle de développement culturel de la Province de Liège. Il s’étendra sur 15.000 mètres carrés répartis en cinq niveaux.
Voici à quoi ressemblera le nouveau pôle de développement culturel de la Province de Liège. Il s’étendra sur 15.000 mètres carrés répartis en cinq niveaux. - dr.

Cette fois-ci, c’est vraiment terminé pour l’ancienne dentisterie de Bavière. Le 17 janvier dernier, le bourgmestre de Liège Willy Demeyer avait signé un arrêté de démolition pour des raisons de sécurité et de salubrité. Malgré une vive opposition de la société civile et d’acteurs culturels, la démolition du bâtiment est en cours depuis jeudi dernier. Les défenseurs du patrimoine espéraient que le bâtiment de style Bauhaus soit sauvegardé, ils avaient ainsi introduit une demande en février dernier. Leur dernier espoir est tombé à l’eau. Et cette destruction entraîne évidemment de nouvelles questions : quel avenir pour le site de Bavière ? La Province de Liège propose un pôle culturel. Un projet qui ne convainc pas tout le monde. D’autres projets sont également présentés.

Situé sur l’île d’Outremeuse, le site de Bavière a accueilli un hôpital de 1897 à 1987. En 1975, la clinique a été délocalisée vers la Citadelle et le Sart-Tilman. Après le transfert total des activités, le site a été mis en vente par le CPAS. Les projets n’ont pas manqué par la suite, mais aucun n’a vraiment été retenu. En cause : des problèmes d’investisseurs.

En 2012, la friche de Bavière a été achetée par un consortium composé du promoteur Yves Bacquelaine, des sociétés de construction BAM, BPI et Thomas & Piron ainsi que le fonds de pension Ogeo, qui gère notamment les retraites de Publifin et de la Province de Liège. Trois ans plus tard, une parcelle de 9.000 m2 dont 5.000 constructibles a été revendue par ce consortium à la Province de Liège afin qu’elle y développe un pôle culturel.

En mars 2017, on vous expliquait que le dernier projet retenu prévoyait l’implantation de 250 logements et de 450 kots, d’une polyclinique et d’une faculté universitaire, d’infrastructures communales, d’écoles, de parkings… par la Foncière de Bavière. Le budget était estimé à 150 millions d’euros.

Les premiers coups de pioche seront donnés pour construire un nouveau pôle de développement culturel de la Province de Liège sur 15.000 mètres carrés répartis en cinq niveaux. Un pôle dédié à l’écriture et au numérique : on y retrouvera une bibliothèque moderne et un lieu de créations artistiques. Le bâtiment accueillera également une pépinière d’entreprises culturelles. Le coût est estimé à 39 millions d’euros. Et l’inauguration est prévue en 2022.

Viendront s’ajouter au site un jardin public, un espace piétonnier, un centre sportif, des logements, des kots…

Pourtant ce projet ne convainc pas tout le monde… dont l’ASBL UrbAgora. Sur sept critères déterminants, pour l’ASBL, un seul serait respecté, celui de la mixité des fonctions. Désormais, l’opposition n’a plus de pouvoir.

Chiffres

4

En hectares. C’est l’espace total du site de Bavière qui doit complètement être renouvelé, dont 9.000 m2 ont été rachetés par la Province de Liège.

1

Presque un siècle d’histoire. L’hôpital de Bavière a été délocalisé d’Outremeuse vers les hauteurs de Liège.

3,2

En millions. C’est le montant pour lequel le Consortium Bavière a revendu 9.000 m2 à la Province de Liège pour voir aboutir un pôle culturel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Greenpeace a mené une action spectaculaire à l’ouverture du sommet européen, jeudi matin
: ses militants ont pris d’assaut la façade du bâtiment, déployant de grandes banderoles qui donnaient l’impression que le bâtiment était en feu. Des feux de détresse ont également été allumés en divers endroits pour faire de la fumée.

    Sommet européen: alerte orange sur l’ambition «neutralité carbone» en 2050

  2. Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.

    Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

  3. ©News

    Europa League: éliminé, le Standard peut nourrir des regrets

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite