Accueil

L’accès à l’école reste difficile

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Les capacités des services d’accueil destinés aux réfugiés et aux demandeurs d’asile accompagnés de jeunes enfants ne sont pas assez développées en Belgique, tant dans la phase du premier accueil que pour l’intégration qui doit suivre. C’est ce qui ressort d’un rapport établi par le think tank indépendant Migration Policy Institure qui, à la demande de la Fondation Roi Baudouin, a coordonné une étude dans neuf pays qui font face à des défis très semblables en matière de migration (Belgique, Canada, Allemagne, Grèce, Pays-Bas, Turquie, Suède, États-Unis). «  Des recherches scientifiques ont démontré l’importance d’un accueil préscolaire stimulant pour le développement cognitif, psychosocial et physique des jeunes enfants. Les jeunes enfants réfugiés en sont largement privés. Si, partout, on s’accorde à reconnaître l’importance de services d’aide compétents après avoir vécu des expériences stressantes et traumatisantes, dans la pratique, ces services ne sont pas systématiquement soutenus  », indique le rapport.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs