Accueil

Le Canada relativement épargné

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Pour ne pas subir par le passé les foudres de mouvements terroristes, le Canada a accueilli pendant des décennies des personnes bien peu recommandables, sans toutefois le reconnaître officiellement : anciens nazis, ex-gros bras de l’organisation de l’armée secrète (Algérie française), ex-terroristes du Front de libération de la Palestine ou tortionnaires du Rwanda. En étant un havre pour bien des mouvements terroristes, Ottawa a ainsi longtemps évité les attaques de tels mouvements.

L’État islamique a brisé cette dynamique lors d’attentats en 2014. Il n’est toutefois pas le seul à être responsable de tels drames. Des médias du Québec ont aussi leur part de responsabilité dans certains attentats racistes, comme lorsque, l’an dernier, un jeune Québécois, Alexandre Bissonnette, influencé par les propos haineux sur l’islam de certaines radios populistes de Québec, a fait un carnage dans une mosquée de la capitale québécoise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs