Accueil Belgique

Les agriculteurs wallons démunis face au déclin inéluctable de leurs terres

Nicolas Braibant a vécu l’arrivée de l’UCL sur les terres exploitées par son père. Et au grignotage actuel des terres, il ajoute une deuxième menace : la santé des sols.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 4 min

Ferme des Noyers, au milieu des champs de Corroy-le-Grand. Nicolas Braibant regarde ses terres depuis la salle à manger qui les surplombe. Quelques nuages habillent l’horizon. Le printemps est venu bien tôt cette année et bouscule un peu le planning. Mais pour parler de la disparition des terres dans le Brabant wallon, il veut bien faire une pause dans sa journée, d’autant que, pour lui, un deuxième type de disparition menace les exploitations, celle de la qualité de sols. Et cela le préoccupe tout autant. La passion de son métier est toujours bien vivace et anime son regard.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, mercredi 25 avril 2018, 16:25

    Paul Adam . A côté des firmes comme Monsanto, Bayer, Nestlé, Rhône-Poulenc...etc, le secteur éolien est vraiment du pipi de chat ! Jusque là, les éoliennes tiennent de la place, d'accord, mais elles n'ont jamais encore empoisonné irrémédiablement le sol, au contraire de toutes ces firmes assassines !

  • Posté par Pierre Lison, mercredi 25 avril 2018, 13:24

    Vivement l'interdiction des quatre façades ! Mais d'ici là, ça va être la ruée !

  • Posté par Lambert Denise, mercredi 25 avril 2018, 10:29

    Même chose à Perwez. sans compter qu'on compte y agrandir le zoning en plein milieu d'un village et non l'installer le long de l'autoroute ce qui diminuerait pourtant le charroi et créerait une zone tampon entre l'autoroute et Thorembais.

  • Posté par Vigneron Gérard, mercredi 25 avril 2018, 8:28

    Et les friches industrielles de passé par centaines restent en l' état . Prenez le train entre Mons - Charleroi et Liège, Ou vers Brx il y a de quoi pleurer . Les gens veulent habiter à la campagne ds des maisons 3 ou 4 façades , travailler en ville avec donc une demande de routes 2*2 bandes pour éviter les gros bouchons (du type N5 dans les environs de Charleroi ) où un trident sera construit sans doute ds les années qui viennent.

  • Posté par Paul Adam, mardi 24 avril 2018, 23:13

    A tout cela s'ajoute la destruction des terres agricoles par les promoteurs éoliens, sans scupules

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs