Restructuration chez Carrefour: les syndicats attendent plus de clarté sur la réorganisation du travail

© Reuters
© Reuters

Au lendemain d’une première réunion « constructive » regroupant la direction de Carrefour et les syndicats, ces derniers ont indiqué mercredi matin être en attente de réponses « afin d’entamer les négociations sur une base tangible et compréhensible pour tout le monde », selon les dires de la vice-présidente du Setca, Myriam Delmée. Cette première prise de contact au niveau national a principalement abordé l’organisation du travail pour laquelle les syndicats attendent des simulations d’horaires afin de juger la viabilité du système, a ajouté la secrétaire nationale CNE Commerce, Delphine Latawiec.

« Une discussion sereine »

« Nous voulons comprendre ce que veut la direction et nous avons fait part de nos revendications afin de baliser les discussions à venir dans les prochains jours. La discussion était sereine, certes, mais il y avait beaucoup de flottement. Nous sommes en attente de réponses », a souligné Mme Latawiec.

Le Setca parle quant à lui d’une « direction hésitante », principalement sur l’organisation du travail qui « n’est pas claire ». « Nous avons demandé des simulations d’horaires car il nous semble qu’il n’y a pas suffisamment de personnel. Cela nous permettra de juger de la faisabilité du système et que nous démarrions sur des bases qui soient tangibles et compréhensibles pour tous », a noté Mme Delmée qui attend davantage de concret.

Polyvalence

Si les discussions syndicales sont principalement axées sur l’élaboration d’un plan social, le débat porte également sur la volonté de la direction de polyactivité, principe de polyvalence du personnel qui ne plaît pas aux syndicats.

Le porte-parole de l’entreprise Baptiste Van Outryve n’a pas souhaité commenter le contenu de la réunion, précisant toutefois que celle-ci avait été constructive et qu’il s’agissait de rencontres où aucune décision n’était prise.

L’enseigne évoque un conseil d’entreprise jeudi prochain (3 mai), où les syndicats attendent des informations complémentaires et des réponses à leurs questions. Si les formations syndicales estiment les renseignements suffisants, une deuxième réunion aura lieu le 4 mai, selon l’agenda fixé jusqu’au 7 juin, période durant laquelle devraient avoir lieu sept ou huit rencontres.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Carrefour Belgique|Plan social|Relations du travail
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

  2. Emmanuel Macron est très attendu pour son face à face avec la presse, ce jeudi en début de soirée.

    Macron: la suppression de l’ENA, mais encore?

  3. Tous les partis francophones s’accordent pour appellent à la création d’une instance de contrôle totalement indépendante.

    Survol de Bruxelles: la position des différents partis

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite