Taxe kilométrique: le gouvernement flamand étudie la question, mais repousse l’échéance à 2019

©Le Soir/Sylvain Piraux
©Le Soir/Sylvain Piraux

L’étude commandée par le gouvernement flamand sur la taxe kilométrique des particuliers ne sera pas prête avant le printemps 2019, a indiqué mercredi le ministre de la Mobilité, Ben Weyts. Il incombera donc au prochain exécutif de trancher la question.

La Fédération belge de l’automobile (Febiac) a plaidé mardi en faveur d’un prélèvement kilométrique «intelligent» sur les camions et les voitures. Le tarif varierait selon le temps de parcours et l’endroit du déplacement. La fédération du secteur automobile estime que la mesure pourrait réduire les bouchons en Belgique.

« Pour le prochain gouvernement »

Une taxe kilométrique s’applique aux camions depuis le 1er avril 2016 sur les principales routes du pays. L’application de ce système aux voitures fait quant à elle l’objet d’études et est beaucoup plus controversée.

L’étude flamande devrait être bouclée d’ici un an. Elle devrait apporter une réponse à une série de questions: quelles seront les routes concernées, à quel moment, selon quel tarif, etc. Le ministre ne s’avance toutefois guère sur les choix qui seront posés. «Ce sera certainement un dossier pour le prochain gouvernement qui aura tous les éléments à sa disposition pour prendre une décision en connaissance de cause», a-t-il souligné.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20160331-G6VKJE 2016-03-31 07:30:31

    Commémorations: victimes, secouristes, policiers, politiques nous racontent leur journée du 22 mars

  2. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite