Wilmots sur la plainte des Courtois: «Qu’ils s’adressent aux journalistes qui ont tenu ces propos»

@News
@News

Marc Wilmots, par la voie de son avocat Walter Van Steenbrugge, a tenu à réagir à l’entame de la procédure judiciaire de Thibaut Courtois et de son père Thierry. Dans une interview accordée à la chaîne française BeIn Sports, diffusée le 23 avril, l’ancien sélectionneur des Diables rouges a dit que les journalistes français avaient la preuve que Thierry Courtois avait divulgué des informations sur l’équipe belge durant l’Euro 2016. Le lendemain, Thierry et Thibaut Courtois ont annoncé entamer une procédure judiciaire à l’encontre de Marc Wilmots.

« Marc Wilmots a déclaré que ce sont des journalistes français qui ont prétendu disposer d’informations indiquant que la fuite concernant la composition de l’équipe serait l’œuvre du père de Thibaut Courtois et que, dans ce cas, une telle attitude témoignait d’un manque criant de respect pour la mère patrie  », a précisé maître Van Steenbrugge. « Divers médias prétendent maintenant que c’est Marc Wilmots lui-même qui aurait tenu de tels propos, ce qui est manifestement inexact et ne correspond en rien à la transcription littérale des propos échangés lors de l’interview. »

« Des allégations mensongères »

« Si Monsieur Thierry Courtois juge opportun de déposer une plainte au pénal parce que ces propos sont, selon lui, inexacts, il devra bien entendu s’adresser aux journalistes français qui ont tenu les propos en question lors d’une émission d’Équipe TV, et par extension aux journalistes qui ont indûment relayé ces allégations mensongères sans les vérifier », a ponctué l’avocat de Marc Wilmots.

Lors de l’interview diffusée par BeIn, Wilmots a déclaré précisément : « J’ai un problème quand je fais ma théorie, ma sélection à 18h00, et qu’à 18h15 elle est sur tous les réseaux. Cela veut dire qu’un joueur a vendu la sélection. Et ça, c’est grave vis-à-vis de la patrie. Plusieurs journalistes français ont dit qu’ils avaient la preuve, eux, que c’est le papa Courtois qui fait cela. Cela veut dire que ton pays, tu ne le respectes pas à ce moment-là. (…) C’est dommage. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite