Accueil Société

Insecticides néonicotinoïdes: la Belgique demande une transition avant d’interdire

La Belgique est favorable à l’interdiction des insecticides, dit le ministre de l’Agriculture Denis Ducarme (MR). Mais n’approuvera l’interdiction que moyennant une « période transitoire ».

Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

La Belgique est favorable à l’interdiction totale des insecticides néonicotinoïdes, mais elle demande une période transitoire « la plus courte possible » avant sa mise en œuvre. Une période uniquement demandée dans les secteurs des betteraviers et de la chicorée. C’est ce qu’a indiqué le ministre fédéral de l’Agriculture, Denis Ducarme (MR), dans une lettre adressée à la Commission européenne.

Celle-ci proposera, ce vendredi, aux experts des 28 Etats membres de l’Union d’interdire l’utilisation en plein champ de ces insecticides qui affectent les abeilles domestiques et sauvages ainsi que les autres insectes pollinisateurs. L’utilisation en serre confinée restera quant à elle autorisée.

S’appuyant sur un « avis » qui lui a été remis par le professeur Bernard Bodson, directeur du secteur phytosanitaire de la faculté agronomique de Gembloux (ULiège) (à titre personnel, précise l’intéressé), Ducarme estime qu’une interdiction pure et simple nuira au secteur des betteraviers et de la chicorée qui pèse 8.000 emplois. « Selon cet avis, l’absence des néonicotinoïdes rendra les filières betterave non rentables et entraînera leur démantèlement à très court terme, a indiqué le ministre au parlement.

« Les alternatives actuelles ne sont pas durables, précise Bernard Bodson. Elles sont même pires en terme d’impact, puisqu’il s’agit de pulvériser en cas d’infestation de pucerons qui propagent la jaunisse. On va donc utiliser des quantités beaucoup plus importantes d’insecticides qui se diffuseront encore davantage dans l’environnement et seront tout aussi nuisibles pour les abeilles et les insectes ». Des alternatives sont étudiées, « mais à ma connaissance, ces recherches n’ont pas encore abouti à quelque chose de satisfaisant ». L’expert de Gembloux reconnaît qu’il n’a pas pris en compte tous les rapports scientifiques les plus récents pour rendre son avis, notamment ceux de l’Autorité européenne de sécurité des aliments. « Mais je crains que si on interdit les néonicotinoïdes les entreprises du secteur désinvestissent chez nous au profit d’autres régions du globe où on a beaucoup moins de scrupules pour l’environnement et la santé. On achètera donc du sucre brésilien ou venu des anciennes républiques soviétiques où l’on prend moins de précautions que nous le faisons actuellement ».

La Belgique n’est pas la seule à évoquer cette hypothèse d’une transition avant interdiction : la France interdira tous les néonicotinoïdes à partir de juillet 2018, mais autorisera son utilisation jusqu’en septembre 2020 dans certains secteurs, dont les betteraviers.

Une majorité inachevée

Reste que la Commission n’a pour l’instant pas l’intention de prévoir une période transitoire avant l’interdiction. Que fera alors la Belgique ? « Nous ne voterons pas contre l’interdiction même s’il n’y a pas de période transitoire », indique-t-on au cabinet Ducarme.

On peut donc imaginer que la Belgique s’abstiendra. Ce qui revient à ne pas participer à l’élaboration de la majorité qualifiée nécessaire (16 pays représentant 65 % de la population) pour acter l’interdiction. Aux derniers pointages, une douzaine de pays soutiendraient la proposition d’interdire. Ce qui ne suffira pas ; en cas d’échec, la Commission a déjà annoncé sa volonté de faire appel et, au final, de décider elle-même.

Une pétition demandant l’interdiction totale des néonicotinoïdes en Europe a recueilli plus de quatre millions de signatures.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par Université De Mons , jeudi 26 avril 2018, 22:40

    Manger ses lunettes en plastique de ministre peut nuire à la santé !

  • Posté par Bradfer Guy, jeudi 26 avril 2018, 20:04

    Les lobbies chimiques et agricoles l'ont sûrement bien engraissé le Ducarme !!

  • Posté par Lacroix André, jeudi 26 avril 2018, 19:14

    Courage , fuyons ...( nos responsabilités ) .

  • Posté par Desprez Jean Luc, jeudi 26 avril 2018, 19:02

    Laissez faire laissez passer, quand la pensée libérale s'en tient au passé.

  • Posté par Anne Lacourt, jeudi 26 avril 2018, 17:57

    La disparition des abeilles causera bien plus que la perte de 8,000 emploi..

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko