Accueil Monde Europe

Colère en Espagne après la condamnation pour «abus sexuel» et non pour «viol» de «la Meute»

Cinq Sévillans ont été condamnés pour « abus sexuels » commis en groupe sur une jeune fille. La qualification de « viol » n’a pas été retenue. Cette décision a provoqué une vague d’indignation dans le pays et sur les réseaux sociaux.

Temps de lecture: 2 min

Cinq Espagnols se surnommant « la meute » ont été condamnés jeudi à neuf ans de prison en Espagne pour des « abus sexuels » commis sur une jeune femme qu’ils avaient eux-mêmes filmés, mais le « viol » n’a pas été retenu, suscitant une vague de protestations.

Les cinq Sévillans -âgés de 27 à 29 ans- s’étaient eux-mêmes vantés de leurs actes du 7 juillet 2016, pendant les fêtes très populaires de la San Fermin en Navarre (nord). Sur un groupe de messagerie WhatsApp intitulé « la meute », ils s’étaient notamment envoyé une vidéo des faits, avec le message : «  en train d’en baiser une à cinq ».

Le jugement du tribunal de Navarre (nord) était particulièrement attendu en Espagne, sept semaines après une « grève générale féministe » sans précédent et les énormes manifestations du 8 mars pour les droits des femmes.

Les juges ont, certes, condamné chacun des cinq prévenus à neuf ans de prison pour « abus sexuel » aggravé d’« abus de faiblesse ». Ils devront verser une indemnisation de 50.000 euros à la victime, qu’ils n’ont plus le droit d’approcher ni de contacter pendant 15 ans. Mais les magistrats n’ont pas retenu l’accusation de viol, pour lequel le Code pénal espagnol stipule qu’il doit y avoir « intimidation » ou « violence ».

La peine de prison infligée a été très inférieure aux réquisitions du parquet qui demandait 22 ans et 10 mois à l’encontre de chacun des prévenus.

Des manifestations prévues à Madrid et Barcelone

La décision judiciaire a aussitôt été contestée. Aux portes du tribunal, des manifestants criaient « ce n’est pas un abus sexuel, c’est un viol ». Et de nombreux usagers de Twitter relançaient le slogan « moi je te crois, ma sœur » à l’attention de la victime.

Le chef de l’opposition, le socialiste Pedro Sanchez, s’est interrogé sur Twitter : « Si ce qu’a fait la meute n’est pas de la violence en groupe contre une femme sans défense, qu’entend-on alors par viol ? »

Une manifestation de protestation était annoncée dans la soirée à Madrid. Une autre était prévue à Barcelone, où la maire de gauche, Ada Colau, s’est adressée à la victime par un tweet : « cela m’indigne qu’après un viol collectif, tu doives supporter la violence d’une justice patriarcale ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une