Des œuvres d’Hergé aux enchères jeudi et vendredi à Paris

Photo d’illustration
Photo d’illustration

Des œuvres d’Hergé, le créateur de Tintin, dont une rare illustration crayonnée et mise en couleur par le dessinateur belge lui-même, seront proposées aux enchères à Paris jeudi et vendredi par les maisons Christie’s et Artcurial.

Parmi les œuvres mises en vente jeudi soir par Christie’s, en partenariat avec la galerie Daniel Maghen, on trouve une aquarelle exceptionnelle réalisée par Hergé pour la couverture du Petit Vingtième publié le 22 juin 1939. Cette illustration où l’on voit Tintin et son fidèle Milou est estimée entre 500.000 et 600.000 euros. En novembre, une œuvre similaire avait été adjugée pour un peu plus d’un demi-million d’euros au cours d’une vente organisée par la maison Artcurial.

Maturité graphique et narrative

Les couvertures du Petit Vingtième font partie des oeuvres les plus recherchées par les collectionneurs. C’est dans les pages de cet hebdomadaire, et notamment avec « Le Sceptre d’Ottokar », qu’Hergé a accédé à sa pleine maturité graphique et narrative. Il travaillait seul à l’époque. Ainsi, le dessin à l’encre de Chine et la mise en couleur ne peuvent être que de sa propre main.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. d-20181122-3PU9H0 2018-11-22 20:26:06

    Benoît Lutgen: «Les commémorations, ça rappelle ce qui s’est passé dans les années 30, et ce qui se passe aujourd’hui»

  3. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite