Peterbos: l’auteur présumé du jet de pierre en direction d’une équipe de la VRT a été identifié

Photo d’illustration ©Belga
Photo d’illustration ©Belga

L’auteur présumé du jet de pierre(s) en direction d’une équipe de la VRT lundi dernier, dans le quartier du Peterbos, à Anderlecht a été identifié et déféré au parquet, a indiqué dimanche le bourgmestre d’Anderlecht Eric Tomas (PS), sur le plateau de l’émission «C’est pas tous les jours dimanche ».

Une série d’incidents au cours desquels des agents de police ont été la cible de jets de projectiles lancés depuis les toits d’immeubles, ont émaillé le quartier du Peterbos depuis la fin de l’année 2017. Dimanche dernier, des contrôleurs de la Stib ont été agressés par des jeunes lors d’une opération de contrôle des titres de transport. Lundi, c’est une équipe de la VRT, en tournage dans le quartier qui a essuyé un jet de projectiles.

«La police a identifié l’auteur du jet de pierre(s) en direction de l’équipe de la VRT. Il a été déféré au parquet», a affirmé dimanche le bourgmestre d’Anderlecht, intervenant dans un débat télévisé organisé par RTL-tvi au sujet de ces incidents à répétition dans ce quartier d’Anderlecht. Selon M. Tomas, les jets de pierre dans le quartier ont jusqu’à présent donné lieu à l’ouverture d’informations judiciaires pour une dizaine de «tentatives de meurtre».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chef de la Défense, le général Marc Compernol est confronté à un énorme problème de recrutement depuis plusieurs années.

    Le général Compernol, chef de la Défense: «On a un énorme problème. Beaucoup de gens quittent l’armée»

  2. © Belga

    L’épidémie de grippe frappe à nos portes, que faire?

  3. Mehdi Nemmouche a renvoyé à plus tard les réponses aux questions posées par la présidente Massart.

    Nemmouche, le procrastinateur, s’énerve et réserve ses réponses

Chroniques
  • Le renvoi vers l’école

    Avec la montée des inquiétudes face à l’essor des fake news, une idée revient en boucle : il faut que l’école s’empare de cette question. Il faut que des cours d’éducation aux médias soient organisés dans tous les établissements scolaires, qui permettent aux élèves de distinguer entre des informations et des rumeurs, entre un travail de journaliste et une stratégie de propagande, entre la fabrique du vrai et la fabrique du faux.

    L’idée est bonne, et elle n’est d’ailleurs pas neuve : il y a quelques dizaines d’années, on faisait la même proposition pour lutter contre l’influence croissante du marketing et de la publicité. Cette démarche paraît tellement naturelle qu’on l’applique – ou qu’on demande de l’appliquer – à bien d’autres enjeux. L’école doit...

    Lire la suite