Mondial 2026: Trump appelle l’Afrique à soutenir la candidature USA-Canada-Mexique

©Photonews
©Photonews

Le président américain Donald Trump a appelé les pays africains à soutenir la candidature commune des États-Unis, du Canada et du Mexique pour l’organisation de la Coupe du monde de football 2026, la première à 48 équipes. « J’espère que tous les pays africains et les pays à travers le monde, que nous soutenons également, soutiendront notre candidature avec le Canada et le Mexique pour la Coupe du monde 2026 », a déclaré Trump, lundi, lors d’une conférence de presse conjointe à la Maison Blanche avec le président du Nigeria Muhammadu Buhari.

« Nous regarderons très attentivement, et nous apprécierons toute l’aide qu’ils peuvent nous apporter pour cette candidature », a ajouté le président américain.

Quelques jours plus tôt, Trump avait menacé de sanctions politiques les pays qui voteraient pour le Maroc, le seul autre candidat à l’organisation de la Coupe du monde. « Les Etats-Unis ont mis sur pied une candidature FORTE avec le Canada et le Mexique pour la Coupe du monde 2026. Ce serait une honte si les pays que nous avons toujours soutenus décident de faire campagne contre la candidature américaine. Pourquoi devrions-nous soutenir des pays qui ne nous soutiennent pas (y compris aux Nations Unies ?)  », avait écrit sur Twitter le président américain.

La Fifa désignera le ou les pays hôtes du Mondial 2026 le 13 juin lors de son congrès à Moscou, à la veille du coup d’envoi de l’édition 2018. Pour la première fois, le choix sera opéré sur vote des 211 représentants des fédérations membres.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Neymar voudrait revenir au Barça.

    Par Philippe Gerday

    France

    Entre Neymar et le PSG, la lassitude est réciproque

  • 112 buts en 146 sélections pour Marta qui n’a jamais gagné la Coupe du monde.

    Par Vincent Josephy

    Football international

    Mondial féminin: Marta, une reine en quête de couronne

  • Belga

    Jean Butez (Excel Mouscron): «Je ne doute pas de l’issue de mon transfert»

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. TransportEnergie-100

    Energie: les communes wallonnes veulent s’unir pour se défendre face à la Flandre

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite