Un parking indigeste à la Villa Lorraine

Dans cet article
Les clients de la Villa Lorraine ont fait de ce morceau de trottoir un parking privilégié.
Les clients de la Villa Lorraine ont fait de ce morceau de trottoir un parking privilégié. - Roger Milutin.

Qui dit vacances dit souvent travaux. Durant les congés de Pâques, le célèbre restaurant étoilé la Villa Lorraine n’a pas concocté que de l’agneau. Elle s’est aussi offert un nouveau petit parking. Seulement, il passe mal auprès des riverains qui ne comprennent pas comment l’établissement a pu privatiser un morceau de trottoir et du bois de la Cambre, le tout sans autorisation. Mais comme rien n’est simple à Bruxelles, la Ville et la Région se renvoient la balle pour les poursuites.

Tout partait pourtant d’une bonne intention. La Villa Lorraine dispose d’un parking privé dans sa cour devant l’entrée du restaurant, rue du Vivier d’oie, sur le territoire de la Ville de Bruxelles. Cependant, celui-ci est rapidement plein et les clients sont nombreux à se garer sur le trottoir juste en face, dans le bois de la Cambre. En réalité, il ne s’agit pas d’un trottoir asphalté mais d’un espace en dolomie. Avec le temps, les petits cailloux se sont dispersés, permettant la création de flaques par jour de mauvais. Pas idéal pour les Louboutin. Du coup, la Villa Lorraine a demandé à l’échevin de l’Urbanisme de la Ville de Bruxelles, Geoffroy Coomans (MR), si son équipe pouvait réparer l’espace. Comme chacun peut entretenir le trottoir devant chez lui, la Villa a reçu le feu vert de l’administration des travaux publics.

Seulement, la Villa Lorraine ne s’est pas contentée d’entretenir mais bien de privatiser les lieux. Elle a posé des cônes orange afin de délimiter des emplacements et a fait installer des panneaux. Parmi eux, on retrouvait une interdiction de s’arrêter sauf pour la Villa Lorraine de 12h à 14h30 et de 18h à 24h. Or, ces panneaux n’ont jamais été commandés ni placés par les services de la Ville. Pour assaisonner le tout, la Villa a également placé de la dolomie sur une petite parcelle qui s’enfonce dans le bois pour y mettre ses poubelles. Seulement, elle n’a pas l’autorisation. « C’était des mauvaises herbes, nous avons simplement voulu nettoyer, répond très énervée la responsable de l’établissement. C’est bien mieux qu’avant. Quant aux travaux, on nous a donné l’autorisation. Et les panneaux, c’est une erreur. » Aucun autre commentaire ne sera fait.

Pourtant, au cabinet de l’échevin de l’Urbanisme, si on reconnaît avoir autorisé la Villa à remettre de la dolomie, on n’a jamais donné d’autorisation ni pour la privatisation ni pour le placement de panneaux. D’ailleurs, suite au courrier d’un riverain, le service de la Ville a demandé leur retrait, ce qui a été fait. Mais on s’interroge toujours sur la légalité de la présence des cônes. «  La Villa a étendu son trottoir mais ce qui pose problème, c’est surtout l’extension dans le bois de la Cambre mais cela est du ressort de la Région car le bois est classé », explique le cabinet de Geoffroy Coomans.

Au cabinet du ministre-président, Rudi Vervoort (PS), on n’était au courant de rien mais, enquête menée, il s’avère que le parking est bien illégal tout comme l’extension dans le bois « mais c’est à la Ville de dresser un procès-verbal. » L’addition n’est visiblement pas près d’être réglée.

Qui dressera le P-V?

Par Vanessa Lhuillier

Au cabinet de l’échevin de l’urbanisme, si on reconnaît avoir autorisé la Villa à remettre de la dolomie, on n’a jamais accepté ni la privatisation ni le placement de panneaux. D’ailleurs, suite au courrier d’un riverain, le service de la Ville a demandé leur retrait, ce qui a été fait. Mais on s’interroge toujours sur la légalité de la présence des cônes. «  La Villa a étendu son trottoir, mais ce qui pose problème, c’est surtout l’extension dans le bois de la Cambre, mais c’est du ressort de la Région car le bois est classé », explique le cabinet de Geoffroy Coomans. Chez le ministre-président, Rudi Vervoort (PS), on n’était au courant de rien mais, enquête menée, il s’avère que le parking est bien illégal tout comme l’extension dans le bois, « mais c’est à la Ville de dresser un procès-verbal ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite