Face à la pénurie de profs, Schyns songe à rappeler les pré-retraités

© Belga
© Belga

Face à la pénurie criante d’enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles, la ministre de l’Education Marie-Martine Schyns (cdH) a indiqué mercredi réfléchir à faire appel aux profs bénéficiant actuellement du régime de pré-retraite.

Interrogée en séance plénière du parlement sur cette problématique, Mme Schyns a évoqué plusieurs pistes de solutions, dont une à court terme pourrait être « la réversibilité des DPPR », a-t-elle dit en réponse à une question des députés Christos Doulkeridis (Ecolo) et Olga Zrihen (PS).

Le cabinet de la ministre précise toutefois mercredi après-midi que ce recours aux pré-retraités, s’il se fait, ne se fera que sur base volontaire seulement.

En place depuis les années 80, ces DPPR -- acronyme de Disponibilités pour convenances personnelles précédant la pension de retraite -- permettent aux enseignants d’aménager leur fin de carrière, en leur offrant la possibilité, dès 55 ans, de travailler à 4/5e temps, tiers-temps voire à mi-temps.

Ils peuvent même bénéficier d’une DPPR à plein temps à partir de 58 ans.

Le régime actuel ne permet à l’heure actuelle aucune marche arrière. Une fois accordée, une DPPR ne peut être révisée ou modifiée.

En 2017, un peu moins de 3.500 enseignants bénéficiaient de ce régime très prisé. Devant les députés, la ministre a ajouté que la mesure devrait être concertée avec les organisations syndicales.

Les réactions

Interrogé, Joseph Thonon (CGSP) doute toutefois de l’efficacité de la proposition.

« Je ne pense pas que cela aura beaucoup de succès », prédit-il.« Parmi toutes les personnes que je connais qui ont pris une DPPR, très peu l’ont regretté ».

Eugène Ernst, de la CSC-Enseignement, est tout aussi dubitatif. En revanche, une solution pourrait être, selon lui, de permettre aux profs qui ont choisi une fin de carrière à temps partiel de travailler plus longtemps.

« Aujourd’hui, ces profs qui ne travaillent plus qu’à mi-temps sont obligés de prendre leur pension complète à 60 ans. Or, certains d’entre eux pourraient être intéressés de continuer à travailler à temps partiel au-delà », suggère-t-il.

Depuis février dernier, le métier d’instituteur primaire et de maternelle est officiellement déclaré comme étant en pénurie.

Bien que les écoles normales de la Fédération continuent à diplômer des enseignants, quarante pour cent des jeunes profs abandonnent le métier dans leurs cinq premières années d’exercice.

D’autres pistes

Outre un éventuel recours aux pré-retraités, Mme Schyns a aussi évoqué mercredi d’autres pistes à moyen et court terme pour combattre le manque d’enseignants. Elle a notamment cité la constitution à l’avenir d’unn ’pool’ d’enseignants mobiles qui pourraient être envoyés là où l’on a besoin d’eux.

Elle aussi dit vouloir travailler l’attractivité et l’image du métier d’enseignant.

Mme Schyns voudrait aussi attirer davantage de travailleurs du privé à se reconvertir dans l’enseignement. Plusieurs de ces mesures ont notamment été intégrées dans les réflexions du Pacte pour un enseignement d’excellence.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite