Child Focus appelle à récupérer les enfants belges qui se trouvent en Syrie

Image d’illustration d’enfants jouent dans un quartier de Tishreen © EPA
Image d’illustration d’enfants jouent dans un quartier de Tishreen © EPA

Child Focus a appelé jeudi les autorités à récupérer les quelque 145 enfants belges actuellement en Syrie et en Irak, a déclaré l’organisation à la VRT. Il s’agit d’enfants de ressortissants belges qui ont rejoint les rangs de l’Etat islamique (EI). Beaucoup de ces enfants vivent dans des camps de réfugiés aux conditions précaires.

Child Focus souhaite que les agences gouvernementales compétentes et les services de sécurité se réunissent avec toutes les organisations impliquées pour déterminer comment ces enfants peuvent être aidés.

Des situations potentiellement dangereuses

«  Nous estimons que les autorités devraient assumer leur responsabilité par rapport à ces enfants qui se trouvent parfois en situation potentiellement dangereuse », a indiqué le porte-parole de l’organisation, Dirk Depover, à l’agence Belga. «  Ils ne peuvent pas partir, ils sont faits otages. »

Près de 145 enfants belges se trouvent en Syrie et en Irak. Ces chiffres ne peuvent toutefois pas être certifiés, étant donné que les informations provenant du terrain sont limitées. Il s’agirait de très jeunes enfants. La plupart serait âgé de 0 à 3 ans et 75 % d’entre eux ne seraient pas plus âgés que 6 ans, selon les données relayées par le patron de l’OCAM, Paul Van Tigchelt, lors d’un séminaire qui a eu lieu plus tôt cette année au parlement européen.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle majorité compte désormais 52 sièges sur 150 à la Chambre.

    MR et N-VA: les risques des petits jeux entre ennemis

  2. Sophie Wilmes (MR), Marie-Christine Marghem (MR), Pieter De Crem (CD&V), Koen Geens (CD&V), Didier Reynders (MR), Kris Peeters (CD&V), Charles Michel (MR), Alexander De Croo (Open VLD), Philippe De Backer (Open VLD), Maggie De Block (Open VLD), Daniel Bacquelaine (MR) et François Bellot (MR).

    Crise politique: guide d’utilisation d’un gouvernement minoritaire

  3. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite