Child Focus appelle à récupérer les enfants belges qui se trouvent en Syrie

Image d’illustration d’enfants jouent dans un quartier de Tishreen © EPA
Image d’illustration d’enfants jouent dans un quartier de Tishreen © EPA

Child Focus a appelé jeudi les autorités à récupérer les quelque 145 enfants belges actuellement en Syrie et en Irak, a déclaré l’organisation à la VRT. Il s’agit d’enfants de ressortissants belges qui ont rejoint les rangs de l’Etat islamique (EI). Beaucoup de ces enfants vivent dans des camps de réfugiés aux conditions précaires.

Child Focus souhaite que les agences gouvernementales compétentes et les services de sécurité se réunissent avec toutes les organisations impliquées pour déterminer comment ces enfants peuvent être aidés.

Des situations potentiellement dangereuses

«  Nous estimons que les autorités devraient assumer leur responsabilité par rapport à ces enfants qui se trouvent parfois en situation potentiellement dangereuse », a indiqué le porte-parole de l’organisation, Dirk Depover, à l’agence Belga. «  Ils ne peuvent pas partir, ils sont faits otages. »

Près de 145 enfants belges se trouvent en Syrie et en Irak. Ces chiffres ne peuvent toutefois pas être certifiés, étant donné que les informations provenant du terrain sont limitées. Il s’agirait de très jeunes enfants. La plupart serait âgé de 0 à 3 ans et 75 % d’entre eux ne seraient pas plus âgés que 6 ans, selon les données relayées par le patron de l’OCAM, Paul Van Tigchelt, lors d’un séminaire qui a eu lieu plus tôt cette année au parlement européen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite