Plus de 600.000 euros pour une rare aquarelle d’Hergé

Photo prétexte. © D.R.
Photo prétexte. © D.R.

Une rare illustration crayonnée et mise en couleur par le dessinateur belge Hergé, le père de Tintin, s’est envolée jeudi pour plus de 600.000 euros lors d’une vente aux enchères chez Christie’s à Paris.

Estimée entre 500.000 et 600.000 euros, l’aquarelle a été adjugée pour 629.000 euros (frais compris). C’est mieux qu’en novembre 2017 quand une oeuvre similaire était partie pour 505.000 euros lors d’une vente chez Artcurial mais moins bien qu’en novembre 2015 quand un autre hors-texte d’Hergé avait été vendu 770.600 euros lors d’une autre vente chez Artcurial.

L’aquarelle vendue jeudi soir avait été réalisée pour la couverture du Petit Vingtième publié le 22 juin 1939 pour illustrer un épisode du «Sceptre d’Ottokar», le septième album des aventures du reporter à la houppette.

Jamais proposée aux enchère

La pièce proposée par Christie’s en partenariat avec la galerie Daniel Maghen, de format carré (20,7 x 20,7 cm), représente Tintin, affamé, s’enfuyant du royaume (imaginaire) de Bordurie avec une fiasque de vin et un pain serré contre sa poitrine. Milou cavale à ses côtés, un os dans la gueule. Il s’agit d’un véritable «hors-texte» puisque l’’image ne figure pas dans l’album «Le Sceptre d’Ottokar». Hergé montre ici son héros juste avant que, dans le récit, une balle tirée par ses poursuivants pulvérise le goulot de la bouteille qu’il emportait.

Jamais cette oeuvre n’avait été proposée aux enchères. Offerte par Hergé à un ami, elle est «restée dans la famille de son heureux bénéficiaire durant près de 77 ans», a expliqué Philippe Goddin, biographe d’Hergé et auteur de la notice consacrée à ce lot dans le catalogue de la maison de vente.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite