Yves Goldstein: «Kanal, ce n’est pas un musée que nous construisons, c’est un espace de vie»

L’ouverture de Kanal, le musée d’art moderne et contemporain à Bruxelles, c’est pour ce week-end. Mais est-ce vraiment un musée ? À en croire Yves Goldstein, chargé de mission du gouvernement bruxellois pour ce projet, c’est bien plus que ça. « Ce n’est pas un musée que nous construisons, c’est bien plus que ça. Notre ambition est plus grande. Nous voulons développer un espace au service des Bruxellois, pour vivre, travailler, se rencontrer, se détendre », commente-t-il au micro de La Première.

Il veut faire de ce musée un « lieu de vie tournée vers la culture, un espace où on revient », tout en soulignant l’importance d’un investissement régional dans « ce quartier sensible de Bruxelles ».

« L’objectif, poursuit-il, est d’en faire un objet de développement collectif, citoyen, accessible au plus grand nombre. » Il veut, enfin, que les Bruxellois ne soient pas simplement « spectateurs de la culture, mais aussi acteurs ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Musée Kanal
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bien des secteurs et des problématiques attendront, comme les usagers de la SNCB.

    SNCB, survol de Bruxelles, 5G: les répercussions de la chute du gouvernement

  2. Le nouveau décret flamand sonnera-t-il la fin des files lors du premier jour des inscriptions
?

    La Flandre verrouille son enseignement à Bruxelles

  3. Notre pays doit réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 35
% par rapport à 2005.

    Le plan climat belge adopté ce mercredi

Chroniques
  • «Quid N-VA»: 11 ans plus tard, toujours la même question...

    L’ancien Premier ministre Jean-Luc Dehaene répétait souvent qu’il était un homme politique « d’un autre siècle ». Cette considération s’avéra véridique quand l’ancien Premier ministre se rendit en août 2007 au palais royal pour aviser le roi en tant que ministre d’État. A cette époque, les négociations pour un gouvernement orange bleu à Val Duchesse avaient calé, et dans une atmosphère « de parfum de crise », le roi Albert II consultait ses ministres d’État pour permettre aux principaux négociateurs – Yves Leterme pour le cartel CD&V/N-VA et Didier Reynders pour le MR – de trouver un deuxième souffle. L’ancien Premier ministre – bien qu’il fût photographe amateur, mais manifestement d’un autre siècle – avait sous-estimé la puissance de la photographie digitale. Lors de son passage aux grilles du palais royal, Dehaene se fit photographier avec un document sur les genoux, dans lequel était notée la phrase «  Quid N-VA  ».

    ...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite