Accueil Culture Livres

On ne se méfie jamais assez de Barbara Abel

L’auteure belge entraîne trois familles dans une dégringolade au cœur de la tragédie, à partir de petits mensonges entre conjoints et enfants. Un basculement terrifiant de l’amour à la haine

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 4 min

On ne se méfie jamais assez de Barbara Abel. Depuis L’instinct maternel en 2002, on devrait pourtant savoir que cette jeune femme au sourire éclatant et au regard pétillant cache une des âmes les plus noires du monde littéraire belge, capable de semer la terreur dans les familles les plus unies, les amitiés les plus fortes, les complicités les plus inébranlables.

Les premiers à devoir se méfier d’elle sont ses personnages. Tous se croient à l’abri du pire dans des vies tranquilles rythmées par les rires, les pleurs, les caprices, les découvertes, les amitiés, les résultats scolaires et autres exploits de leurs enfants.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs