Accueil Belgique

Le bœuf wallon pourrait sauver sa peau avec une marque forte

Deux mois après le scandale Veviba, la Foire de Libramont livre une étude sur la viande. Les producteurs auraient tout intérêt à répondre aux aspirations des consommateurs. Qualité, santé, écologie, proximité sont leurs meilleurs atouts.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Les dégâts provoqués depuis deux mois par le scandale Veviba ne sont pas encore chiffrés pour les producteurs de bœuf wallon. Mais ceux-ci n’ont pas attendu le déclenchement de cette affaire de fraude à la viande pour s’inquiéter fortement de leur avenir. Le 30 novembre, lors du sommet des éleveurs organisé par la Foire de Libramont, 400 d’entre eux ont débattu de leur situation très tangente. En dix ans, ils ont subi une perte de 30 % de leurs volumes de ventes ainsi qu’une diminution de 50 % de la valeur de leurs produits. Sans compter le vieillissement au sein de la profession… Sur 9.000 éleveurs, un tiers a plus de 55 ans et n’a pas encore de successeur. Plutôt que de se lamenter et de prédire l’extinction inéluctable de leur filière, ils ont cherché des solutions pour s’assurer un avenir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs