Accueil Société Régions Bruxelles

Les nuisances liées au survol de Bruxelles en baisse

Selon une étude de l’université de Gand (UGent), 13.575 personnes sont encore « potentiellement très gênées » par les décollages et/ou les atterrissages d’avions partant de Brussels Airport.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Le nombre de riverains de Brussels Airport susceptibles d’être gravement exposés à des nuisances sonores dues au trafic aérien a chuté l’an dernier de 8,4 %. Au total, 13.575 personnes sont encore « potentiellement très gênées » par les décollages et/ou les atterrissages, affirme vendredi l’université de Gand (UGent) dans son étude annuelle sur la question.

Chaque année, l’UGent établit une cartographie des nuisances sonores autour de l’aéroport national. Elle calcule le nombre de personnes qui peuvent potentiellement subir des nuisances sonores graves (soit un niveau supérieur à 55 décibels).

L’année dernière, 93.305 personnes ont été placées dans cette zone à risque. Elles étaient quelque 100.000 en 2016.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Dellisse Laurent, mardi 8 mai 2018, 4:37

    il faudrait revoir vos chiffres, parce que sur Jette, c'est plus que jamais un enfer avec ces avions

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs