Accueil Monde Proche-Orient

L’alliance anti-Erdogan peut-elle réussir?

A l’approche des élections législatives et présidentielle anticipées du 24 juin, l’opposition au président turc tente de faire front commun. Mais le pari s’annonce difficile.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

D’Istanbul

Ce n’est pas encore le grand front anti-Erdogan, celui des « 50 autres pourcents » qui n’ont jamais voté pour le chef de l’Etat, mais l’opposition turque serre les rangs. Samedi, quatre partis ont déposé au Haut conseil électoral le protocole d’entente de leur « Alliance de la Nation ». Objectif de cette union hétéroclite et incomplète : gagner le maximum de sièges aux législatives du 24 juin et priver le parti du président (Parti de la justice et du développement, AKP) de sa majorité absolue.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Grulois Stanislas, mercredi 9 mai 2018, 5:59

    Ça nous ferait un dictateur en moins... enfin on verra...

Aussi en Proche-Orient

Israël se dirige vers de nouvelles élections

Naftali Bennett et Yair Lapid, les deux leaders de la coalition au pouvoir depuis un an, ont annoncé vouloir dissoudre la Knesset. Ils cherchent une porte de sortie pour leur gouvernement, sans majorité depuis plusieurs semaines, au détriment de la stabilité du pays, qui vivra sa cinquième élection en moins de quatre ans.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs