Tunisie: faible participation aux premières municipales libres

© AFP
© AFP

Les premières municipales libres de Tunisie ont été marquées par une forte abstention dimanche, les Tunisiens se disant démobilisés par les difficultés économiques et politiques, lors d’un vote jugé crucial pour enraciner la démocratie dans l’unique pays rescapé du Printemps arabe.

Le taux de participation à ce scrutin proportionnel à un tour, qui s’est déroulé sans incident majeur, n’a atteint que 33,7 % au niveau national, et seulement 26 % à Tunis, selon l’instance en charge des élections, l’Isie.

« Le plus important pour nous, c’est que les élections municipales ont eu lieu, c’est un moment historique pour la Tunisie », a déclaré à l’AFP Mohamed Tlili Mansri, président de l’Isie. Pour l’abstention, «  nous ferons mieux la prochaine fois ».

« Ce haut taux d’abstention signifie que les partis sont faibles », estimait pour sa part l’analyste politique Youssef Cherif. « Ces dernières années, ils se sont livrés à des combines entre politiciens sans programme d’envergure, et cela n’intéresse pas les citoyens ».

Le parti islamiste Ennahdha légèrement en tête

Un institut de sondage a donné le parti islamiste Ennahdha légèrement en tête (25 %) talonné par le parti présidentiel Nidaa Tounès (22 %), loin devant les autres formations. Mais l’Isie, qui ne donnera ses résultats que dans les jours à venir, ne confirme pas ces chiffres.

Un responsable de Nidaa Tounès a reconnu que son parti était deuxième, et selon un député d’Ennahdha, les premières tendances confirment que son parti était en tête, notamment pour la mairie de Tunis.

« C’est une victoire pour Ennahdha et Nidaa ainsi que pour l’équilibre démocratique », a estimé le porte-parole Imed Khemiri, se réjouissant de la poursuite des alliances forgées entre eux au niveau national, tout en invitant à « étudier les raisons de l’abstention ».

Dans la capitale, la candidate Ennahdha, Souad Abderrahim, une pharmacienne de 53 ans, ancienne députée constituante et vitrine du parti, pourrait devenir la première femme maire de Tunis, selon les sondages.

Sept ans après la révolution, qui avait suscité de nombreux espoirs, beaucoup de Tunisiens se disent déçus en raison d’une situation économique difficile, avec une inflation proche des 8 % et un chômage persistant au-dessus des 15 %. Ils rejettent aussi les « arrangements » entre partis, aux premiers rangs desquels l’alliance entre Nidaa Tounès et Ennahdha.

Présidentielle en 2019

Le Premier ministre Youssef Chahed a pris acte de cette abstention, estimant que c’était « un signe négatif, un message fort (…) pour les responsables politiques ».

Les jeunes étaient particulièrement peu nombreux à voter, selon les observateurs.

Repoussées à quatre reprises, ces municipales constituaient les premières élections depuis les législatives et la présidentielle de 2014, alors saluées par la communauté internationale.

Ce scrutin constitue « un pas important pour la stabilité du pays, pour la mise en place complète de la Constitution et pour servir de modèle au monde arabe », a estimé le vice-président du Parlement européen, Fabio Castaldo, chef des observateurs envoyés par l’UE.

Les 5,3 millions d’électeurs tunisiens inscrits ont voté pour les conseillers des 350 municipalités, parmi 57.000 candidats. Ces conseillers devront ensuite élire les maires d’ici la mi-juin.

Ce scrutin sera suivi de législatives et d’une présidentielle en 2019.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. «
Dans ma carrière de journaliste, j’ai essayé de raconter la vérité. Au cinéma, je m’amuse en jouant avec la réalité.
»

    Michel Denisot au «Soir»: «La télé doit rester la télé et pas devenir les réseaux sociaux»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite