La chanteuse Maurane est décédée à 57 ans

La chanteuse Maurane est décédée à 57 ans

La chanteuse belge Maurane est décédée lundi soir à l’âge de 57 ans. Elle venait de retrouver la scène après deux ans de silence en raison de problèmes de cordes vocales. Son corps inanimé a été retrouvé dans son appartement de Schaerbeek.

Claudine Luypaerts, le vrai nom de la chanteuse à la voix chaude, est née le 12 novembre 1960 à Ixelles. Elle est baignée dans la musique dès l’enfance, car sa mère est professeur de piano et son père, Guy-Philippe Luypaerts, est compositeur et directeur de l’académie de musique de Verviers.

Sa carrière débute sous le pseudonyme de Claude Maurane en 1979. Elle participe au spectacle « Brel en mille temps » avec Philippe Lafontaine, avant de faire ses premières scènes à Paris.

Un premier album en 1986

Son premier album, « Danser », sort en 1986 et rappelle les sonorités de Claude Nougaro qu’elle admire.

En 1988, la chanteuse rencontre Michel Berger. Il l’emmène dans la deuxième version de la comédie musicale « Starmania » qu’il a composée.

La carrière de Maurane en images

Elle décide alors de se consacrer à sa carrière solo et sort un second album en 1989, suivi d’un spectacle à l’Olympia et une tournée à l’international, le début du succès. Un nouvel opus sort en 1991, « Ami ou ennemi ».

En décembre 1993, Maurane donne naissance à une petite fille, Lou. Elle reçoit peu après la récompense de la meilleure interprète francophone de l’année aux Victoires de la Musique. L’album « Ami ou ennemi » s’est vendu à 400.000 exemplaires.

Avec les Enfoirés

Artiste engagée, Maurane a participé à plusieurs levées de fonds pour les Restos du Coeur, la Soirée des Enfoirés ou Sol en Si (Solidarité Enfants Sida).

Marc Lavoine, Véronique Sanson, Jean-Jacques Goldman… de nombreux artistes apportent ensuite leur contribution à « Quand l’humain danse », album sorti en 2003 et sur lequel figure le duo « Tu es mon autre » avec Lara Fabian.

Après une nouvelle tournée, elle réalise un album de reprises de Claude Nougaro, un ami de longue date. Suit un 10e album solo, « Fais moi une fleur », dans les bacs en 2011.

Chevalier de l’Ordre de la Couronne (Belgique) et Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres (France), Maurane s’essaie également au cinéma, avec récemment une apparition dans « Le collier rouge » de Jean Becker avec François Cluzet.

Sa communauté de fans se souviendra aussi de sa participation au jury de la Nouvelle Star sur la chaîne française D8. La télévision aime son franc-parler et son ardeur sur les réseaux sociaux, à défaut de quelques dérapages.

En 2016, Maurane fait face à d’importants problèmes de cordes vocales. Elle doit annuler une série de concerts et quitter la scène pendant deux ans.

Un nouvel album en préparation

Ce n’est que la semaine dernière que Maurane est remontée sur les planches, après un long silence. Jeudi, elle annonçait avec enthousiasme sur Facebook des concerts à Incourt (Brabant wallon), puis à Bruxelles à l’occasion de la Fête de l’Iris. Elle participait dimanche à une soirée d’hommage à Jacques Brel sur la place des Palais, où elle a partagé un duo avec Zap Mama. Un album devait sortir dans les prochains mois et une tournée devait débuter en mars 2019.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite