Décès de Maurane: Christophe Willem, Lara Fabian et Charles Michel lui rendent hommage

Edition numérique des abonnés

La chanteuse belge Claudine Luypaerts, connue sous le nom de Maurane, a été retrouvée morte lundi soir à son domicile de Bruxelles à l’âge de 57 ans, quelques jours après avoir annoncé sur les réseaux sociaux son retour sur le devant de la scène après deux ans d’absence.

Le décès, annoncé par la chaîne publique RTBF, a été confirmé à l’agence de presse Belga par le parquet de Bruxelles, et une autopsie devra en déterminer la cause.

Plusieurs passages sur scène ces derniers jours en Belgique à l’occasion d’hommages à Jacques Brel laissaient augurer une reprise de sa carrière, qu’elle avait mise entre parenthèses, notamment en raison de problèmes aux cordes vocales. Elle avait elle-même annoncé ce retour ces derniers jours sur les réseaux sociaux. « Aujourd’hui, je remets officiellement les pieds sur une scène après plus de 2 ans d’absence. Je ne vous dirai pas dans quel état je suis… Vous devez vous en douter », écrivait-elle jeudi dernier sur sa page Facebook, avant une soirée consacrée à Brel en Wallonie.

Dans la nuit après l’annonce du décès, Lara Fabian et Christophe Willem ont été parmi les premiers à rendre hommage à Maurane sur les réseaux sociaux.

« Quelle tristesse d’apprendre la disparition de Maurane, une des plus grandes voix (…) le choc est brutal, tant j’ai son visage et le son de sa voix gravés dans ma mémoire, mélange de douceur éternelle et de désillusion sur la vie  », a réagi Christophe Willem sur son compte Instagram à côté d’une photo en noir et blanc de Maurane.

Depuis le Canada, la chanteuse Lara Fabian a salué une artiste « rare », « plus grande que la musique ».

« Je suis assise ici dans mon petit bureau tout blanc à Montréal, je ne veux pas réaliser que tu n’es plus, je ne peux pas. Je me dis que tu vas appeler et m’engueuler, parce qu’on ne se voit pas assez », a-t-elle publié sur sa page Facebook.

Lara Fabian et Maurane ont interprété ensemble le titre « Tu es mon autre » sur l’album « Quand l’humain danse » paru en 2003.

« Nous avons partagé tant de rires… Ce soir mon chagrin est immense… Je ne peux pas croire que jamais plus nos voix ne s’élèveront ensemble… », a partagé sur Twitter l’ancienne interprète d’Esmeralda, Hélène Ségara.

Plusieurs personnalités politiques ont également réagi. « Une artiste engagée nous a quittés cette nuit. Maurane, une chanteuse hors du commun, une voix inspirante, une personnalité attachante », a souligné sur Twitter le Premier ministre belge Charles Michel.

La secrétaire d’État bruxelloise Fadila Laanan (PS) a noté que Maurane « manquera à tous ses fans et à la twittosphère où pleuvaient ses commentaires si sincères et sans tabous ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La grogne est perceptible dans les écoles primaires et maternelles de Wallonie et de Bruxelles.

    Le blues des directeurs des écoles maternelles et primaires

  2. «
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce lundi.

    Brexit: Theresa May promet l’impossible

  3. ©IGOR PREYS

    Procès Nemmouche: un retour à l’effroi des premières heures qui ont suivi la tuerie

Chroniques
  • Gilets jaunes - médias: la haine face à la complaisance

    L’autre samedi, en tête du cortège de 7.000 gilets jaunes parisiens, une banderole : «  Le peuple veut la chute du régime !  »

    Respecter l’autre implique qu’on écoute et entende ce qu’il dit. Or, ce qui était dit là était explicite. Plus question de taxe carbone ou de CSG, mais la volonté affirmée d’abattre le pouvoir en place sans recourir, pour ce faire, à des élections.

    «  Macron démission !  » et, au-delà, «  renverser le régime !  ». Lequel ? La République ? La démocratie représentative ? La Ve République ?

    Dans tous les cas, on se retrouve là confronté à une intention « putschiste » avouée. Les leaders improvisés et autoproclamés du mouvement ne le dissimulent nullement, même si la plupart des gilets jaunes, ceux des ronds-points en particulier, n’entendent, eux, qu’exprimer un mal...

    Lire la suite

  • Les directions aussi attendent de la considération

    Un pilote… Vingt casquettes… La fonction de directeur est à l’école fondamentale ce que Rémy Bricka fut dans les années 70-80 à la variété française : un homme-orchestre, capable de jouer d’une demi-douzaine d’instruments en même temps. Et d’en maîtriser bien d’autres. La preuve par l’agenda d’une directrice lundi matin : signer un contrat avec une nouvelle enseignante, recevoir un couple de parents dépassés, répondre aux sollicitations de l’Afsca, gérer un dossier...

    Lire la suite