Accueil Société

Bernard Wesphael gagne son procès civil

L’ex-mari de Véronique Pirotton et leur fils Victor entendaient démontrer qu’une « faute » attribuable à l’ex-député, acquitté de meurtre, avait causé le décès.

Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

La 4e chambre civile du tribunal de première instance de Liège a débouté mardi l’ex-époux de Véronique Pirotton et leur fils Victor de l’action civile lancée contre l’ex-député wallon, Bernard Wesphael, acquitté de la prévention de meurtre de la jeune femme par la cour d’assises du Hainaut.

Le tribunal a condamné l’ex-mari de la victime, Konstantinos Tzermias, à payer à Bernard Wesphael un euro symbolique pour « procédure téméraire et vexatoire », soit un abus manifeste de droit. Les magistrats ont constaté que le plaignant ne s’était pas constitué partie civile lors du procès d’assises, se réservant, en quelque sorte, une autre instance que celle qui était naturellement appelée à juger Bernard Wesphael.

Les plaignants soutenaient que les « doutes » retenus par l’arrêt d’acquittement de la cour d’assises du Hainaut avaient laissé sans réponse les questions relatives à l’origine du décès de Véronique Pirotton, retrouvée morte dans la chambre 602 de l’hôtel Mondo, à Ostende, le 31 octobre 2013.

Succession de fautes

Ils soutenaient, sans remettre en cause le verdict d’acquittement, qu’une « succession de fautes » commises par Bernard Wesphael avait conduit au décès de son épouse. Ils avaient notamment relevé, lors des débats, les 35 lésions retrouvées sur le corps de Véronique Pirotton et le fait de l’avoir laissé boire alors, soutenaient-ils, que Bernard Wesphael connaissait l’intolérance de son épouse à l’alcool, consommé en même temps que des médicaments.

La défense de Bernard Wesphael avait dénoncé la volonté des plaignants de vouloir « refaire le procès d’assises », additionnant « de petites choses non fautives dont le tout deviendrait fautif », sans identifier une faute précise à opposer à l’ex-député.

Le tribunal civil tranche en faveur de Bernard Wesphael: «C’est une immense satisfaction» (vidéo)

L’ex-mari de Véronique Pirotton a été condamné à verser un euro symbolique à Bernard Wesphael.

Temps de lecture: 2 min

Bernard Wesphael, a réagi mardi au jugement rendu par la chambre civile du tribunal de première instance de Liège, « c’est une immense satisfaction ». Le tribunal a tranché en sa faveur, jugeant irrecevable la procédure intentée par Konstantinos Tzermias, l’ex-mari de Véronique Pirotton, et son fils Victor. M. Tzermias est condamné à verser 1 euro à titre symbolique à Bernard Wesphael, pour procédure abusive et vexatoire.

« Cela faisait des mois que j’étais sous le feu des critiques de la partie civile et il y avait plus qu’une forme d’acharnement à mon égard », a poursuivi l’ex-député wallon. « C’est un soulagement pour moi, pour ma famille et pour tous ceux qui m’ont soutenu. (…) C’était un long combat. Maintenant, j’espère que les débats sont clos définitivement. »

« Je suis un homme innocent »

« Je pense aujourd’hui que si quelqu’un avait encore le moindre doute sur le fait que je suis un homme innocent, il ne devrait plus en rester pour personne », a-t-il encore ajouté, faisant également part de son envie de « recréer du lien » avec la famille Pirotton et Victor.

Me Séverine Solfrini, qui représente le fils de Véronique Pirotton, a tenu à réagir quant aux intentions de Bernard Wesphael de renouer le contact. « Je pense que, par l’action qu’on a introduite, Victor a clairement fait part de ses opinions sur la culpabilité de Bernard Wesphael. Il le considère comme responsable. Dans ces conditions-là, je doute que Victor ait envie de le rencontrer… » L’avocate envisagera par ailleurs avec ses clients la possibilité d’aller en appel de la décision du tribunal.

Véronique Pirotton avait été retrouvée morte dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 2013 dans la chambre d’hôtel qu’elle occupait avec son mari, Bernard Wesphael. Ce dernier a été acquitté le 6 octobre 2016 par la cour d’assises du Hainaut du meurtre de son épouse.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Steen Willy, mardi 8 mai 2018, 17:33

    Lamentable.Point final.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko