Des étudiants occupent l’ULB pour défendre une université démocratique

Photo d’illustration.
Photo d’illustration.

A l’initiative de l’USE (Union syndicale étudiante), une quinzaine d’étudiants occupent, depuis 19H15 ce mardi, le grand hall de la bibliothèque de l’ULB (Université libre de Bruxelles), située dans le bâtiment A du campus du Solbosch. Ils dénoncent de manière générale les attaques de ces dernières années aux fondements démocratiques de l’université, à l’occasion des commémorations de Mai 68 organisées par les autorités universitaires.

Les étudiants ont bloqué la porte principale avec des chaînes. Ils ont décidé de dormir sur place, tout du moins la nuit de mardi à mercredi. L’accès à la bibliothèque ne sera pas perturbé mercredi.

Les étudiants dénoncent notamment la réforme de la gouvernance de 2013 qui attaque la démocratie universitaire, le développement d’une gestion néo-libérale, la hausse du minerval pour les étudiants étrangers hors Union Européenne en 2017, la course permanente au ranking, une sélectivité accrue, la précarisation croissante des étudiants ou encore le sous-financement des universités. Ils défendent que ces commémorations de Mai 68 marquent l’opportunité de réinsuffler l’esprit de lutte répandu à l’époque. Ils se disent également solidaires des étudiants français qui se mobilisent contre la mise en place de la sélection d’entrée aux études universitaires.

Des assemblées générales seront organisées en soirée et sur le temps de midi mercredi afin de définir des revendications plus précises et applicables sur le court terme. Aucun contact n’a encore été établi avec les autorités de l’université.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le bureau de vote de Limal © Belga

    Elections 2019: les 15 enjeux du triple scrutin

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. Sept modèles se détachent, identifiés sur la base de possibles rapports de forces au soir du 26 mai, et au départ de l’échiquier politique francophone.

    De gauche à droite, sept coalitions peuvent émerger après les élections

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite