Des étudiants occupent l’ULB pour défendre une université démocratique

Photo d’illustration.
Photo d’illustration.

A l’initiative de l’USE (Union syndicale étudiante), une quinzaine d’étudiants occupent, depuis 19H15 ce mardi, le grand hall de la bibliothèque de l’ULB (Université libre de Bruxelles), située dans le bâtiment A du campus du Solbosch. Ils dénoncent de manière générale les attaques de ces dernières années aux fondements démocratiques de l’université, à l’occasion des commémorations de Mai 68 organisées par les autorités universitaires.

Les étudiants ont bloqué la porte principale avec des chaînes. Ils ont décidé de dormir sur place, tout du moins la nuit de mardi à mercredi. L’accès à la bibliothèque ne sera pas perturbé mercredi.

Les étudiants dénoncent notamment la réforme de la gouvernance de 2013 qui attaque la démocratie universitaire, le développement d’une gestion néo-libérale, la hausse du minerval pour les étudiants étrangers hors Union Européenne en 2017, la course permanente au ranking, une sélectivité accrue, la précarisation croissante des étudiants ou encore le sous-financement des universités. Ils défendent que ces commémorations de Mai 68 marquent l’opportunité de réinsuffler l’esprit de lutte répandu à l’époque. Ils se disent également solidaires des étudiants français qui se mobilisent contre la mise en place de la sélection d’entrée aux études universitaires.

Des assemblées générales seront organisées en soirée et sur le temps de midi mercredi afin de définir des revendications plus précises et applicables sur le court terme. Aucun contact n’a encore été établi avec les autorités de l’université.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite