Arrestation chez Globe Aroma: les syndicats demandent la libération de deux sans-papiers

Arrestation chez Globe Aroma: les syndicats demandent la libération de deux sans-papiers

La CSC et la FGTB ont réclamé mercredi la libération de deux sans-papiers arrêtés en février dernier dans les locaux de l’ASBL Globe Aroma, et détenus depuis au centre fermé 127bis à Steenokkerzeel. Lors d’une conférence de presse commune, ils ont dénoncé «l’indifférence» des autorités politiques et administratives. L’avocat des deux sans-papiers déposera une nouvelle demande de libération le 16 mai devant la chambre du conseil.

Le 9 février, la police avait arrêté sept sans-papiers lors d’une opération au sein de l’asbl bruxelloise Globe Aroma, un centre culturel qui travaille avec des artistes migrants. Deux personnes sont depuis maintenues au centre fermé 127 bis: Mounir Tahri, militant syndical de la CSC originaire du Maroc, et Jiyed Cheike, un artiste mauritanien.

Leur avocat Vincent Lurquin continue de réclamer leur libération et compte introduire une nouvelle demande devant la chambre du conseil le 16 mai. «On ne sait toujours pas pourquoi ils sont incarcérés et pourquoi les locaux de Globe Aroma ont été perquisitionnés ce jour-là», a-t-il expliqué. «Mes clients vivent dans l’angoisse d’un rapatriement

Arrivé en Belgique en 2006, le Marocain Mounir Tahri a introduit une demande de régularisation en 2009 mais son employeur n’a jamais déposé de contrat de travail, entraînant le rejet du dossier. Le tribunal du travail a condamné mardi cet employeur, qui contestait avoir engagé le militant syndical, et le recours devant le Conseil du contentieux des étrangers est toujours à l’étude. «Nous attendons une décision définitive depuis 9 ans alors que c’est de la faute de son patron si Mounir n’a pas obtenu ses papiers.»

L’artiste Jiyed Cheike a lui introduit une demande d’asile qui a été refusée. Il prépare désormais une demande de régularisation.

Absence de réaction politique

La CSC et la FGTB se sont associées à cette demande de libération et ont également réclamé la fin de la criminalisation des sans-papiers. «Derrière ces personnes, il y a d’abord de la misère humaine», a souligné Robert Vertenueil, secrétaire général de la FGTB. «Ce sont des victimes, des proies pour un certain nombre d’employeurs véreux qui les exploitent

Les syndicats ont déploré l’absence de réaction politique alors qu’ils ont interpellé le Premier ministre Charles Michel sur ce dossier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite