Arrestation chez Globe Aroma: les syndicats demandent la libération de deux sans-papiers

Arrestation chez Globe Aroma: les syndicats demandent la libération de deux sans-papiers

La CSC et la FGTB ont réclamé mercredi la libération de deux sans-papiers arrêtés en février dernier dans les locaux de l’ASBL Globe Aroma, et détenus depuis au centre fermé 127bis à Steenokkerzeel. Lors d’une conférence de presse commune, ils ont dénoncé «l’indifférence» des autorités politiques et administratives. L’avocat des deux sans-papiers déposera une nouvelle demande de libération le 16 mai devant la chambre du conseil.

Le 9 février, la police avait arrêté sept sans-papiers lors d’une opération au sein de l’asbl bruxelloise Globe Aroma, un centre culturel qui travaille avec des artistes migrants. Deux personnes sont depuis maintenues au centre fermé 127 bis: Mounir Tahri, militant syndical de la CSC originaire du Maroc, et Jiyed Cheike, un artiste mauritanien.

Leur avocat Vincent Lurquin continue de réclamer leur libération et compte introduire une nouvelle demande devant la chambre du conseil le 16 mai. «On ne sait toujours pas pourquoi ils sont incarcérés et pourquoi les locaux de Globe Aroma ont été perquisitionnés ce jour-là», a-t-il expliqué. «Mes clients vivent dans l’angoisse d’un rapatriement

Arrivé en Belgique en 2006, le Marocain Mounir Tahri a introduit une demande de régularisation en 2009 mais son employeur n’a jamais déposé de contrat de travail, entraînant le rejet du dossier. Le tribunal du travail a condamné mardi cet employeur, qui contestait avoir engagé le militant syndical, et le recours devant le Conseil du contentieux des étrangers est toujours à l’étude. «Nous attendons une décision définitive depuis 9 ans alors que c’est de la faute de son patron si Mounir n’a pas obtenu ses papiers.»

L’artiste Jiyed Cheike a lui introduit une demande d’asile qui a été refusée. Il prépare désormais une demande de régularisation.

Absence de réaction politique

La CSC et la FGTB se sont associées à cette demande de libération et ont également réclamé la fin de la criminalisation des sans-papiers. «Derrière ces personnes, il y a d’abord de la misère humaine», a souligné Robert Vertenueil, secrétaire général de la FGTB. «Ce sont des victimes, des proies pour un certain nombre d’employeurs véreux qui les exploitent

Les syndicats ont déploré l’absence de réaction politique alors qu’ils ont interpellé le Premier ministre Charles Michel sur ce dossier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite