Arrestation chez Globe Aroma: les syndicats demandent la libération de deux sans-papiers

Arrestation chez Globe Aroma: les syndicats demandent la libération de deux sans-papiers

La CSC et la FGTB ont réclamé mercredi la libération de deux sans-papiers arrêtés en février dernier dans les locaux de l’ASBL Globe Aroma, et détenus depuis au centre fermé 127bis à Steenokkerzeel. Lors d’une conférence de presse commune, ils ont dénoncé «l’indifférence» des autorités politiques et administratives. L’avocat des deux sans-papiers déposera une nouvelle demande de libération le 16 mai devant la chambre du conseil.

Le 9 février, la police avait arrêté sept sans-papiers lors d’une opération au sein de l’asbl bruxelloise Globe Aroma, un centre culturel qui travaille avec des artistes migrants. Deux personnes sont depuis maintenues au centre fermé 127 bis: Mounir Tahri, militant syndical de la CSC originaire du Maroc, et Jiyed Cheike, un artiste mauritanien.

Leur avocat Vincent Lurquin continue de réclamer leur libération et compte introduire une nouvelle demande devant la chambre du conseil le 16 mai. «On ne sait toujours pas pourquoi ils sont incarcérés et pourquoi les locaux de Globe Aroma ont été perquisitionnés ce jour-là», a-t-il expliqué. «Mes clients vivent dans l’angoisse d’un rapatriement

Arrivé en Belgique en 2006, le Marocain Mounir Tahri a introduit une demande de régularisation en 2009 mais son employeur n’a jamais déposé de contrat de travail, entraînant le rejet du dossier. Le tribunal du travail a condamné mardi cet employeur, qui contestait avoir engagé le militant syndical, et le recours devant le Conseil du contentieux des étrangers est toujours à l’étude. «Nous attendons une décision définitive depuis 9 ans alors que c’est de la faute de son patron si Mounir n’a pas obtenu ses papiers.»

L’artiste Jiyed Cheike a lui introduit une demande d’asile qui a été refusée. Il prépare désormais une demande de régularisation.

Absence de réaction politique

La CSC et la FGTB se sont associées à cette demande de libération et ont également réclamé la fin de la criminalisation des sans-papiers. «Derrière ces personnes, il y a d’abord de la misère humaine», a souligné Robert Vertenueil, secrétaire général de la FGTB. «Ce sont des victimes, des proies pour un certain nombre d’employeurs véreux qui les exploitent

Les syndicats ont déploré l’absence de réaction politique alors qu’ils ont interpellé le Premier ministre Charles Michel sur ce dossier.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boulanger, un métier devenu bien compliqué ces dernières années.

    Le déclin des boulangeries wallonnes

  2. d-20190129-3QZDPD 2019-01-29 17:23:46

    Bruxelles: il faut trouver de nouvelles réponses à la crise du logement

  3. Alors que la vie privée est en passe d’effacer son œuvre et que plusieurs radios ont décidé de le bannir de leur antenne, qu’on le veuille ou non, la musique de Michael Jackson est plus vivante que jamais.

    Dix ans après, l’héritage musical de Michael Jackson

Chroniques
  • Iran-USA: la souris qui rugissait

    C’est un « piège à cons », avais-je relevé ici même. Dès lors que Donald Trump est sorti de l’accord contraignant et contrôlé destiné à empêcher l’Iran de se doter éventuellement de l’arme nucléaire, ce pays n’avait pas le choix : soit se coucher et perdre la face, soit répliquer en reprenant, par exemple, fût-ce à petite échelle, les opérations d’enrichissement de l’uranium.

    Et c’est alors Donald Trump qui était piégé. Il était contraint de réagir, sauf à être considéré comme celui qui aurait permis à l’Iran de progresser en direction de la confection de la bombe.

    Des flambées un peu partout

    Réagir, mais comment, puisqu’il avait déjà accumulé...

    Lire la suite

  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite