Israël et Iran s’affrontent en Syrie dans un brusque accès de tension

Les tensions entre Israël et l’Iran autour du théâtre syrien ont connu un brusque accès jeudi matin avec, pour la première fois, des tirs de roquettes directement attribués à l’Iran vers des positions israéliennes, provoquant une vigoureuse riposte de l’Etat hébreu en Syrie.

©PhotoNews
©PhotoNews

Après des semaines de crispations grandissantes, les premières lignes militaires sur la partie du Golan occupé par Israël ont essuyé un barrage d’une vingtaine de projectiles et roquettes déclenchés, selon l’armée israélienne, par les forces iraniennes de l’autre côté de la ligne de démarcation en Syrie.

Pas de victimes

Les tirs n’ont pas fait de victimes et ont causé des dégâts limités selon l’armée israélienne, mais l’armée a déclenché «  une action contre des objectifs iraniens en Syrie », a dit un de ses porte-parole, Avichae Adrae, sur Twitter. «  Toute intervention syrienne pour contrer cette action sera sévèrement réprimée », a-t-il prévenu.

De fortes détonations ont été entendues à Damas, en Syrie. La télévision a retransmis en direct des images de la capitale syrienne montrant des projectiles lumineux dans le ciel et plusieurs missiles détruits selon elle par les systèmes anti-aériens syriens.

©PhotoNews
©PhotoNews

Une escalade redoutée

Rien ne permettait de dire si ces événements constituaient simplement un accès de fièvre plus fort que les autres, ou s’ils marquaient le début d’une escalade redoutée depuis des semaines.

Plusieurs opérations attribuées à l’armée israélienne avaient été observées ces derniers jours contre des positions iraniennes en Syrie : ce mardi, des missiles israéliens visant un secteur proche de Damas avait notamment fait neuf morts dans les rangs des Gardiens de la Révolution iraniens ou des milices chiites pro-iraniennes.

Ces tensions ont encore été avivées par les incertitudes autour de l’accord nucléaire conclu en 2015 par les grandes puissances avec l’Iran et démonté mardi soir par le président américain Donald Trump.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite