Accueil Société

Quarante-six procès pour solder l’héritage de Daesh

Cette année, les tribunaux sont encore encombrés d’affaires pour « terrorisme ». La fin judiciaire d’une ère : celle des départs en Syrie et en Irak pour grossir les rangs de Daesh. Mais pas la fin des défis soulevés par la radicalisation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Des centaines de journalistes, les télés du monde entier sur la place Poelaert de Bruxelles et un palais de justice ultra-sécurisé… C’était le cadre peu ordinaire du procès de la fusillade de la rue du Dries, qui voyait comparaître, en ce début 2018, Sofien Ayari et Salah Abdeslam. Un procès hors-norme, un procès spectacle. Par la présence du prévenu Abdeslam Salah (aujourd’hui condamné), bien sûr. L’ex-ennemi public numéro 1, à travers cette première comparution devant la justice, a préfacé son futur procès parisien pour les attentats du 13 novembre 2015. Mais aussi concédé aux autorités judiciaires belges une sorte de répétition générale du prochain procès des attentats de Bruxelles, dont la date est encore inconnue.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Tanghe Michel, vendredi 11 mai 2018, 9:10

    ".... Quarante-six procès pour solder l’héritage de Daesh ..."... ... Un héritage ? Cela laisserait supposer que Daesh est mort... Je ne suis pas convaincu.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs