Accueil Monde Europe

Carles Puigdemont renonce à la présidence de la Catalogne et désigne son successeur

Ce mercredi, le gouvernement espagnol est intervenu pour barrer la route à une réélection de l’ex-président indépendantiste.

Temps de lecture: 1 min

Le dirigeant indépendantiste catalan Carles Puigdemont a annoncé d’Allemagne jeudi qu’il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession.

«  Notre groupe propose le camarade député (catalan) Quim Torra à la présidence de la Généralité » de Catalogne, une région riche du nord-est de l’Espagne, a dit M. Puigdemont dans un enregistrement vidéo, proposant que cet éditeur de 55 ans tente d’être investi dans les prochains jours.

Ce mercredi, le gouvernement espagnol est intervenu pour barrer la route à une réélection de l’ex-président indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont à la tête de l’exécutif régional

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Miguel Roch, vendredi 11 mai 2018, 14:31

    Le caudillo Puigdemont désigne du doigt sa marionnette et lui pose une seule condition: ne pas occuper son bureau! Un temps, on avait pensé à Elsa Artadi, élue de JxC, diplômée de Harvard en économie et reconnue et par les siens et par l'opposition comme une personne compétente pour ce poste. Mais non. C'était encore une fois penser que Puidemont allait faire quelque chose de bien pour la Catalogne... Torra s'est déjà fait connaître pour ses publications insultantes et xénophobes à l'encontre des espagnols et c'est un extrémiste de l'indépendance à n'importe quel prix. C'est aussi un nostalgique des années '20, ces années de troubles, de violences et d’assassinats qui ont précédé la guerre civile. C'est un intransigeant, incapable de négocier le moindre compromis. La nomination de cet identitaire suscite le plus grand rejet de toute l'opposition (qui représente 53 pourcent des votes), de la droite populaire, au centre, à la gauche socialiste et même, fait rare, des populistes de gauche. En le nommant, Puigdemont a choisi de continuer le conflit entre la Catalogne et le reste de l'Espagne et surtout, d’aggraver la fracture de la société catalane. C'est un homme de division, de conflit et de haine raciale, qui n'a aucune intention d'être le président de tous les catalans mais juste de son camp, et encore, des plus fanatiques identitaires. Son choix est pied de nez et un mépris total a l'autre moitié des catalans, qui aspiraient au retour à la normalité et au vivre ensemble.

  • Posté par Docteur Delleuze Jean-marie , jeudi 10 mai 2018, 22:25

    On s'en fout de la Catalogne et de ses emmerdeurs !!!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une