Accueil Belgique Politique

Le tract électoral reste une arme de séduction massive

La N-VA a envoyé plus de 500.000 tracts à travers Bruxelles. Défi a inondé les boîtes aux lettres namuroises pour démontrer ses ambitions en Wallonie. À l’heure de Facebook et Twitter, le prospectus électoral reste une valeur sûre sur laquelle misent tous les partis. Chacun avec ses spécificités.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Aucun Bruxellois n’a pu y échapper. La N-VA est rentrée chez tous les habitants de la capitale par la boîte aux lettres. Ces quinze derniers jours, la poste a distribué 586.000 folders flanqués de la tête des deux nationalistes préférés des francophones : Jan Jambon et Theo Francken. Le but ? Annoncer que le parti de Bart De Wever est dans la course pour les communales d’octobre prochain à Bruxelles. La N-VA présentera une liste dans onze des dix-neuf communes. D’autres viendront peut-être s’ajouter avant la fin de la campagne.

Coût de l’opération ? La N-VA ne souhaite pas le communiquer. Un petit tour sur le site de bpost permet d’estimer le montant minimum : environ 50.000 euros. Même pour un parti « riche », l’investissement est impressionnant. Il interpelle aussi.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bernard Dropsy, samedi 12 mai 2018, 12:17

    Il manque les runes sur la photo !

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs