Quelque 200 emplois menacés chez Brussels Airlines (vidéo)

Brussels Airlines et Eurowings devraient supprimer près de 250 emplois, dont environ trois quarts chez Brussels Airlines à Bruxelles et le reste à Cologne (siège d’Eurowings), peut-on lire samedi dans les colonnes des journaux L’Echo et De Tijd. Des suppressions de postes liées à l’intégration de la compagnie belge dans Eurowings, la branche long-courrier low cost de Lufthansa.

Les pertes d’emploi devraient principalement toucher les services généraux (comptabilité, commerciaux, système de réservation, etc.). Chez Brussels Airlines, les changements devraient toucher quelque 200 travailleurs sur 3.500, avancent les journaux qui se basent sur des sources proches du dossier.

La direction, qui refuse de commenter les chiffres, rappelle que le patron d’Eurowings avait indiqué en février dernier que des synergies seraient opérées entre les deux compagnies aériennes, sans donner de garanties sur les emplois. Brussels Airlines précise pour sa part qu’elle engage du personnel.

Une procédure de redéploiement

Malgré tout, certains travailleurs de Brussels Airlines seraient déjà engagés dans une procédure de redéploiement, leur poste étant supprimé. Ils ont entre deux et quatre mois pour trouver un nouvel emploi sur une plateforme de reclassement. Des départs individuels auraient déjà eu lieu, écrit L’Echo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191116-3X8C8U 2019-11-14 04:03:00

    Dérapages indivuels ou violences d’Etat? La police française est sur le gril

  2. Le décollage de l’Airblors d’un des tests sans intervention humaine effectués à Toulouse.

    Airbus réussit à faire décoller un avion en pilotage automatique

  3. pavlopetri-rue

    Sous la mer Ionienne, Pavlopetri la Mycénienne est menacée par l’homme

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Il y a une vie en Wallonie après Nethys

    Depuis l’installation de son gouvernement en septembre dernier, la Wallonie vit au rythme du dossier Nethys et de ses satellites Moreau, Voo, Intégrale, Enodia… Ce n’est pas de sa faute : les révélations de la presse et le comportement ahurissant des acteurs du dossier ont chargé la barque du gouvernement et du parlement. Le job devait être fait, il l’a été.

    « Jamais et nulle part, je n’ai vu un dossier aussi important traité de manière aussi rapide », a dit au Soir le...

    Lire la suite