Quelque 200 emplois menacés chez Brussels Airlines (vidéo)

Brussels Airlines et Eurowings devraient supprimer près de 250 emplois, dont environ trois quarts chez Brussels Airlines à Bruxelles et le reste à Cologne (siège d’Eurowings), peut-on lire samedi dans les colonnes des journaux L’Echo et De Tijd. Des suppressions de postes liées à l’intégration de la compagnie belge dans Eurowings, la branche long-courrier low cost de Lufthansa.

Les pertes d’emploi devraient principalement toucher les services généraux (comptabilité, commerciaux, système de réservation, etc.). Chez Brussels Airlines, les changements devraient toucher quelque 200 travailleurs sur 3.500, avancent les journaux qui se basent sur des sources proches du dossier.

La direction, qui refuse de commenter les chiffres, rappelle que le patron d’Eurowings avait indiqué en février dernier que des synergies seraient opérées entre les deux compagnies aériennes, sans donner de garanties sur les emplois. Brussels Airlines précise pour sa part qu’elle engage du personnel.

Une procédure de redéploiement

Malgré tout, certains travailleurs de Brussels Airlines seraient déjà engagés dans une procédure de redéploiement, leur poste étant supprimé. Ils ont entre deux et quatre mois pour trouver un nouvel emploi sur une plateforme de reclassement. Des départs individuels auraient déjà eu lieu, écrit L’Echo.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe GAFA

  2. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  3. En 2021, le vainqueur de la Coupe de Belgique ne sera plus automatiquement qualifié pour les poules de l’Europa League.

    Gagner la Coupe de Belgique ne mènera plus automatiquement aux poules de l’Europa League

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite